Equilibre, dialogue et ouverture, clés de voute de la transition digitale et environnementale

Bart Steukers.

Politique d’innovation, politique de formation, réduction de la fracture numérique, accompagnement sectoriel … sont autant d’axes qui doivent être pris en compte pour assurer une approche équilibrée des enjeux.

La vie en société impose un dialogue ouvert et constructif afin de définir les conditions du vivre ensemble. En ce sens Agoria est depuis sa création très active afin de pouvoir contribuer concrètement à ce dialogue. C’est notamment le cas en ce qui concerne le déploiement de la 5G. C'est ce que dit la fédération technologique Agoria dans une réaction à l'article d'opinion "Pourquoi Agoria et Petra De Sutter refusent-ils le débat sur la 5G ?" de l'économiste Etienne de Callataÿ dans L'Echo du 12/6/21.

Bart Steukers.

La position d’Agoria a toujours été que la transition digitale et environnementale, loin d’être opposées sont en réalité complémentaires et que la première peut servir la seconde. C’est aussi le cas de la 5G qui s’inscrit dans ce processus de digitalisation de nos pratiques, et dont les usages rendus possibles par cette technologie pourraient permettre de réduire l’empreinte carbone d’autres secteurs.

La thèse étant que les augmentations de consommations liées au déploiement de la 5G seront plus que compensées par les réductions permises par son développement. Il convient cependant pour cela, comme je le mentionnais dans ma carte blanche, « de veiller à favoriser systématiquement les options accélérant la transition environnementale ». Il est dommage que monsieur de Callataÿ  a expurgé de mon raisonnement un élément qui pourtant me semble central et clairement en lien avec la conclusion de l’étude de l’Université de Zurich qu’ il cite également.

Construire l'équilibre

Cette position implique concrètement de ne pas favoriser des options de déploiement qui viendraient réduire le potentiel environnemental de la 5G (cela serait notamment le cas en favorisant l’arrivée d’un nouvel opérateur télécom alors que l’IBPT et Axon mettent en évidence que cela se traduirait par une augmentation de +15 % des consommations énergétiques). Cela implique aussi de permettre le déploiement optimal de la technologie (cadre régulatoire) ou encore de soutenir le développement d’innovations. Bref, d’œuvrer à construire un équilibre.

Inscrire en cohérence transition digitale et environnementale n’implique cependant pas un désinvestissement dans d’autres secteurs ou axes d’intervention … au contraire. Il s’agit là encore d’un équilibre. Politique d’innovation, politique de formation, réduction de la fracture numérique, accompagnement sectoriel … sont autant d’axes qui doivent être pris en compte pour assurer une approche équilibrée des enjeux de notre époque. Ces approches, contrairement à ce que monsieur de Callataÿ avance, ne me semblent pas mutuellement exclusives mais bien complémentaires.

Dialogue actif

Equilibre, dialogue et ouverture sont donc bien la clé de voute de l’enjeu de la transition digitale et environnementale.

Ce dialogue a bien lieu et est même très actif. En ce sens, Agoria a participé à de nombreuses rencontres, débats, échanges et dialogues avec l’ensemble des parties prenantes sur ce dossier. Nous dialoguons ainsi publiquement tant avec les acteurs publics, privés, associations environnementales, parlementaires, élus locaux, scientifiques, journalistes…, que ces derniers soient « favorables », « en questionnement » ou « contre » la 5G, et ce sous différentes formes (études, débats, commission citoyennes, consultation publique…). Et nous continuerons à le faire car nous pensons que le débat est essentiel. 

A cet égard, la décision du gouvernement fédéral de lancer une plate-forme de la connaissance et d'apprentissage pour la 5G devrait être de nature à rassurer et démontre que l’importance d’une communication claire et complète est une priorité pour tous.

Bart Steukers
CEO Agoria

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés