Publicité
Publicité

Le sport fait de nous des investisseurs irrationnels

L'équipe d'Italie célébrant sa victoire en finale de l'Euro, dimanche dernier. ©Photo News

Revue de presse du site internet américain d'information financière MarketWatch.

Lundi, le marché boursier italien a progressé tandis que l'indice britannique FTSE est, lui, resté stable. Est-ce une coïncidence au regard du résultat de la finale de l’Euro qui s’est tenue la veille, au cours de laquelle l'Italie a battu l'Angleterre ? Sans doute pas.

L'étude la plus connue sur ce sujet a été publiée en 2007 dans le Journal of Finance. Après avoir analysé la réaction du marché boursier à plus de 2.000 événements sportifs internationaux depuis 1980, les chercheurs ont constaté qu'en moyenne, l'élimination d'un pays d'une compétition mondiale entrainait un rendement boursier nettement inférieur à la moyenne lors de la séance de négociation qui suivait.

Autre implication : le marché mondial des actions affiche des rendements inférieurs à la moyenne lors ses compétitions sportives mondiales, en d'autres termes, durant les périodes où certains pays sont éliminés. Cela s’est notamment vérifié lors de la dernière Coupe du monde en 2018.

Nous aimons nous considérer comme des investisseurs rationnels qui abordent les marchés de manière rigoureuse. Ces études montrent à quel point nous nous trompons.

Ceci tend à démontrer le rôle étonnamment important que nos humeurs jouent dans nos décisions d'investissement. Nous aimons nous considérer comme des investisseurs rationnels qui abordent les marchés de manière rigoureuse. Ces études montrent à quel point nous nous trompons.

Comme preuve supplémentaire de l'influence de nos humeurs sur nos investissements, il y a aussi l’étude "Music Sentiment and Stock Returns Around the World" qui sera prochainement publiée.

Les chercheurs ont eu accès aux données de Spotify qui classent, pour chaque pays et chaque jour, les 200 chansons les plus écoutées. Ils ont également eu accès aux résultats d'un algorithme Spotify qui évalue chaque chanson selon son degré de "positivité" et ont constaté que « le sentiment musical » est positivement corrélé avec les rendements des marchés boursiers de la même semaine, dans 40 pays analysés.

En d'autres termes, écouter des chansons optimistes tend à stimuler les marchés d’actions, tandis que des chansons plus tristes les font baisser.

Les chercheurs ne suggèrent évidemment pas de négocier sur les marchés en fonction des chansons les plus populaires sur Spotify. Ils veulent plutôt montrer qu'il est important de s'immuniser contre l'influence puissante de nos humeurs dans nos décisions d'investissement.

Ce commentaire publié sur MarkeWatch a été traduit et résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés