On sait désormais que la Chine a menti

©BELGAIMAGE

Quel est le rapport entre les voitures garées sur des parkings et les recherches en ligne de termes tels que "diarrhée" et "toux" ? En fait, beaucoup de choses.

Des chercheurs de la faculté de médecine de Harvard ont utilisé l'imagerie satellite pour suivre l’évolution du nombre de voitures garées devant les six grands hôpitaux de Wuhan, la ville de 11 millions d'habitants du centre de la Chine où le Covid-19 a vu le jour et s'est ensuite propagé au reste du monde.

En analysant les images entre janvier 2018 et avril 2020, ils ont découvert une augmentation inhabituelle du nombre de voitures garées entre août et décembre 2019. Mais ce n'est pas tout. En Chine, Google est bloqué. Le moteur de recherche de référence s'appelle Baidu. Or, en septembre et octobre 2019, il apparait que les recherches des termes "toux", "diarrhée" et "problèmes respiratoires" dans la province de Wuhan ont grimpé en flèche.

©rv

La conclusion est explosive car, selon ces données, l'épidémie a bel et bien commencé des mois avant que le gouvernement chinois n’avoue au monde ce qui se passait, ce qui a fait perdre du temps aux autres gouvernements pour se préparer à la pandémie. De son côté, Pékin nie et met en doute la validité de cette étude.

On est ici face à l'effet Tchernobyl - la lutte désespérée pour dissimuler le problème par crainte d'un retour de flamme politique. Les bureaucraties ont tendance à cacher leurs erreurs et les bureaucraties autoritaires encore plus. Tôt ou tard, pourtant, la vérité se fait jour. Et aujourd'hui, les secrets sont dévoilés plus rapidement que jamais. Même ceux des dictatures.

Car, de nos jours, le simple fait que nous existons en tant qu'individus génère une montagne de données qui peuvent être saisies et traitées. Les téléphones portables, les appareils photo, les ordinateurs, les capteurs et les plateformes telles que Facebook, Instagram, Twitter et Flickr collectent sans cesse des données sur notre comportement et les transforment en informations qui peuvent être utilisées - pour le meilleur ou pour le pire.

Dans un monde sans secrets, les conflits peuvent être gérés, mais pas supprimés. En témoigne, les tensions qui sont désormais extrêmes entre les Etats-Unis et la Chine.

(*) Revue de presse El Pais (Espagne)

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés