Pas question d'accepter un nouveau reconfinement

©AFP

Revue de presse du quotidien Evening Standard (Grande-Bretagne).

Il y a six mois, Boris Johnson s'adressait à la nation et le confinement du pays débutait. Ce fut une mesure sévère, choquante et efficace.

Aujourd’hui, la Grande-Bretagne n’est plus dans la même situation même si ce n’est pas l’heureux pays post-Covid que nous avions espéré. Nous sommes en réalité à un moment critique de la lutte contre cette épidémie. Et nous acceptons l’idée que de nouvelles restrictions à nos libertés seront nécessaires. Mais elles ne peuvent pas être une copie de celles que nous avons endurées auparavant. Le gouvernement doit tirer les leçons de ses erreurs.

D’abord, il nous faut un leadership clair et réaliste. Nous en avons assez d’un Premier ministre qui parle d'un Noël sans virus alors que la réalité est tout autre. Pour passer l'hiver, il faudra donc de la cohérence et une communication claire. Il est en effet injuste de demander aux gens qu’ils coupent les contact avec leur famille alors qu'ils peuvent continuer d’aller dans les pubs bondés. D’ailleurs, qui peut aujourd’hui énumérer avec précision ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas et pourquoi ?

Nous ne pouvons en tout cas pas revenir à un confinement généralisé, ce serait une calamité sociale et économique. Les nouvelles restrictions doivent être souples et ciblées. Il ne s’agit pas seulement de maintenir les écoles et certains lieux de travail ouverts, mais aussi certains pans de l’économie. Ces restrictions doivent également être votées au Parlement. Car si les ministres ne parviennent pas convaincre les Communes, comment croire que le reste de la population va suivre?

L’autre leçon à tirer du premier lockdown est que nous avons besoin de construire un système de testing qui fonctionne. Tout comme nous attendons des mesures de soutien aux travailleurs dans un contexte où le régime de congé est sur le point de prendre fin.

Enfin, au sommet du gouvernement, beaucoup d'énergie est consacrée à la planification du Brexit, et non au Covid ou à une reprise économique. C'est de la folie. La pandémie est peut-être déjà hors de leur contrôle mais ils choisissent d'aggraver le risque en imposant une deuxième calamité potentielle au pays. Nous sommes déjà assez dans le pétrin. Pas besoin d'en créer d'autres.

Cet article publié dans Evening Standard du 21 septembre 2020 a été traduit et résumé par nos soins. https://www.standard.co.uk/news

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés