tribune

Rendons aux managers leur titre de noblesse

Le manager est avant tout un acteur du changement et un travailleur social.

Il n’est pas si éloigné le temps où le manager n’existait tout simplement pas. Autour de 1910, les premières réflexions à propos de cette fonction, alors mal cernée, émergent.

Patrick Colot .

Comme toujours, il est alors plus simple de commencer par définir le manager par ce qu’il n’est pas. En partant du sommet de la hiérarchie, il n’est pas dirigeant en chef, propriétaire, actionnaire, ingénieur au bureau d’études. Il n’est pas décisif au niveau stratégique, ni partie prenante.

En partant de la base, il est plus que chef d’équipe, contremaître ou porion*. Les composantes humaines, organisationnelles et de gestion du changement s’ajoutent au fil du temps à la surveillance de la conformité du travail, de l’application des méthodes et de la productivité.

Remontons encore le temps de 60 ans, vers 1850, à l’époque de la publication du « Capital ». Karl Marx et son associé et ami Friederich Engels, lequel était propriétaire d’une filature employant plusieurs centaines de personnes à Manchester, n’envisageaient pas encore l’entreprise dotée de cette catégorie intermédiaire de travailleurs.

Dans nos entreprises modernes, nous aurions tendance à penser que ce sont les formateurs, les coachs et les conférenciers inspirants qui sont les acteurs du changement, quand en fait ils n’en sont que des symptômes.

Ils ne pouvaient imaginer que l’intelligence, la faculté d’adaptation et la sensibilité des managers seraient le ferment du développement et des transformations successives des entreprises et de la fonction même du manager. Comme le décrit Peter Drucker: « Le manager a toujours la même tâche fondamentale. Obtenir des hommes un résultat collectif, en leur donnant un but commun, des valeurs communes, une organisation convenable, et la formation nécessaire pour qu’ils soient performants et puissent s’adapter au changement » (1).

Si les fondamentaux sont inchangés, le contenu et les attributs ont sans cesse évolué et les curseurs se déplacent en permanence au gré des contextes socio-économiques et du glissement de la notion de carrière. Le manager est donc avant tout un acteur du changement et un travailleur social.

Dans nos entreprises modernes, nous aurions tendance à penser que ce sont les formateurs, les coachs et les conférenciers inspirants qui sont les acteurs du changement, quand en fait ils n’en sont que des symptômes.

Rendons aux véritables managers leur titre de noblesse et reconnaissons leur contribution à l’ensemble de la société. Accordons au management sa juste place et exigeons de lui un impact social positif dans nos entreprises, auprès de nos parties prenantes et auprès de tout l’écosystème qui nous entoure.

Patrick Colot
Expert en gouvernance, management et organisation
Philosophe et chercheur en sociologie des organisations
CEO www.dharmanagement.com
Administrateur TEC-MA

*Le porion est l’ancêtre du ≪ conducteur de chantiers ≫ actuel.

(1) Peter Drucker in "The new realities", 1988

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés