carte blanche

Sans crédit, l'économie s'asphyxie. Les banques jouent-elles leur rôle?

Les banques jouent un rôle central dans la transformation de l’épargne des Belges en crédits à l’économie; sans crédit bancaire, l’activité économique serait fortement bridée. En cette période de coronavirus, il paraît bon de garder à l’esprit un certain nombre de principes et de bonnes pratiques...

Aucun autre secteur économique ne jouit d’autant d’attention des pouvoirs publics que le secteur bancaire. En 2008, l’État belge a ainsi investi des milliards d’euros pour sauver les grands établissements bancaires belges et garanti la dette de Dexia à raison de 40 milliards d’euros. En outre, l’État garantit les dépôts bancaires jusqu’à 100.000 euros par déposant. Les banques doivent certes payer une taxe bancaire, mais cette taxe est payée en définitive par leurs clients.

Baudouin Dubuisson et Georges Carton de Tournai

Respectivement administrateur de sociétés et Premier directeur hre de la FSMA

 

Cette générosité de l’État est motivée par le rôle central que jouent les banques dans la transformation de l’épargne des Belges en crédits à l’économie. Sans préjudice à l’existence d’autres sources de financement des entreprises, ce rôle est essentiel pour le bon fonctionnement du système économique; sans crédit bancaire, l’activité économique serait fortement bridée. 

Ce rôle revêt une importance encore accrue lorsque la machine économique s’arrête comme c’est le cas maintenant: la trésorerie devient réellement le nerf de la guerre. Dans ce cadre, il paraît bon de garder à l’esprit un certain nombre de principes et de bonnes pratiques:

1° En tant que prêteurs, les banques tirent leurs revenus de l’économie entrepreneuriale. Il est de l’intérêt même des banques d’aider celle-ci lorsqu’elle en a particulièrement besoin. Sans entreprises, pas de banques.

2° Si, comme opérateurs privés, les banques conservent évidemment leur liberté de jugement dans l’octroi de crédits, elles devraient cependant tenir également compte, dans ce jugement, de la nécessité de remplir leur rôle de soutien à l’économie. Un refus de crédit peut causer un dommage disproportionné à l’économie nationale ou régionale par rapport au risque que prend la banque si elle octroie le crédit.

"Il est de l’intérêt même des banques d’aider l'économie entrepreneuriale lorsqu’elle en a particulièrement besoin. Sans entreprises, pas de banques."
Baudouin Dubuisson et Georges Carton de Tournai
Respectivement administrateur de sociétés et Premier directeur hre de la FSMA

Les lignes de crédit sont destinées à assurer à l’entreprise une réserve si elle venait temporairement à être à court de liquidités. Les banques ne devraient donc pas résilier intempestivement ces lignes précisément au moment où leur client en a le plus besoin.

4° Il est logique de demander des garanties, mais les banques ne sont pas des prêteurs sur gages. Les crédits devraient être accordés sur la valeur propre du projet et non en fonction des garanties. Les projets sains ne devraient pas faire l’objet de garanties exorbitantes. Le crédit bancaire est et devrait rester une activité à risque.

Les banques ne devraient pas prendre des risques sur des activités de trading qui ne profitent pas à l’économie belge. Pour rappel, la crise financière de 2008 n’était pas due aux crédits à l’économie domestique, mais au trading sur les marchés financiers étrangers. Plusieurs banques européennes ont à nouveau subi des pertes sur leurs activités de marché au cours du premier trimestre 2020. On comprendrait difficilement que les banques se montrent restrictives pour l’octroi de crédits à l’économie domestique tout en prenant des risques dans les activités de marché. En raison du ratio de solvabilité, chaque milliard de fonds propres perdu dans les activités de marché réduit l’encours potentiel des crédits (domestiques) de 12 milliards.

Deux initiatives ont été prises. Febelfin a adopté une charte de report de remboursement des crédits existants. En objectivant les critères pour obtenir ce report et en donnant l’assurance que le report ne sera pas refusé si les conditions sont remplies et documentées, cette charte va dans le bon sens; on suppose qu’elle sera appliquée comme telle aux niveaux des comités de crédit, sans nouvelles exigences imposées aux emprunteurs.

C’est encore le contribuable qui supporte le risque...

D’autre part, le législateur a adopté une loi par laquelle l’État garantit partiellement (jusqu’à 80 %) les nouveaux crédits bancaires accordés durant la période de crise aux entreprises non précédemment en difficulté. Mais cette nouvelle intervention de l’État, plafonnée à 50 milliards d’euros, pourrait donner l’impression que le secteur bancaire ne pouvait ou ne voulait assumer lui-même la fonction d’octroi de nouveaux crédits, et donc de soutien à l’économie, alors qu’il ne s’agit que de crédits aux entreprises non précédemment en difficulté. C’est donc à nouveau le contribuable qui doit prendre en charge un risque potentiel de 50 milliards d’euros. En outre, l’emprunteur bénéficiant de cette garantie doit payer à l’État une prime comprise entre 25 et 50 points de base et doit donc supporter un surcoût.

Comme le stipulaient les protocoles sur l’autonomie de la fonction bancaire, signés et renouvelés depuis 1974 par toutes les banques belges et leurs actionnaires, y compris les filiales de banques étrangères, "Les établissements de crédit ont pour devoir de maintenir un équilibre judicieux entre tous les intérêts en cause, qu’ils soient publics ou privés. Ceci suppose que les autorités publiques respectent et favorisent les conditions d’une gestion saine et autonome des établissements de crédit, mais soient assurées en retour d’une pleine coopération de ces derniers, dans le cadre d’un dialogue continu, à la réalisation des objectifs généraux, monétaires ou économiques qu’elles poursuivent".

Lorsque la crise exceptionnelle que nous traversons sera terminée, gageons que de nombreux observateurs voudront examiner si les attentes exprimées dans ces protocoles ont bien été rencontrées.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés