Une vague de faillites sans précédent va déferler

Hertz est, à ce jour, la plus grosse faillite américaine de 2020. ©Bloomberg News

Nous n'en sommes encore qu'au début de la vague de faillites qui va déférler selon le magazine américain Fortune qui a interrogé James Hammond de BankruptcyData. Revue de presse.

"Nous assistons à une accélération sans précédent du nombre de faillites. Je crois que nous en verrons davantage que dans toute autre vie d’homme d’affaires…"

Selon James Hammond, PDG de New Generation Research, qui dirige BankruptcyData, l’ampleur des faillites cette année a déjà dépassé le niveau atteint de 2008, si l’on se base uniquement sur la valeur des actifs. Et cela n’inclut évidemment pas ce qui risque d’arriver lorsque le programme de protection des salaires du gouvernement, qui vise à maintenir les petites entreprises en activité grâce à des prêts convertibles en subventions, arrivera à son terme.

À ce jour, la plus grosse entreprise à avoir déposé une demande de placement sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, a été celle de la société de location de voitures Hertz. Incapable de faire face au ralentissement brutal de l’industrie du voyage, l’entreprise revend aujourd’hui une grande partie de son parc automobile afin de répondre aux demandes des créanciers. Mais beaucoup d’autres grosses entreprises dans des secteurs aussi variés que le pétrole (Chesapeake Energy), la vente au détail (J.C. Penney) ou l’aviation (Latam Airlines) ont également souffert de la pandémie.

Le dépôt de bilan en vertu du chapitre 11 signifie qu'une entreprise est en grande difficulté, pas nécessairement qu'elle cessera ses activités.

Ce qui se passe actuellement explique Hammond c’est que " vous avez une masse de dettes d'entreprises qui s'accumulent, ce qui préoccupe le monde des affaires depuis plusieurs années déjà. Mais tout à coup, en un rien de temps, les investisseurs se mettent à douter pour certaines de la capacité à assurer le service de la dette. De 2008 à 2009, c'était une crise financière. C'est maintenant le cas partout ", dans tous les secteurs.

En nombre absolu de faillites, ce sont les restaurants qui sont les plus touchés, selon le classement de BankruptcyData. Viennent ensuite les entreprises de construction et l’immobilier.

Même si les États-Unis venaient à déconfiner complètement, Hammond n'est pas optimiste. Les dépôts de bilan, note-t-il, constituent un indicateur retardé. Or, à ce stade, dit-il, "nous sommes juste au bord de la cascade".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés