tribune

Comment Joe Biden règlera la facture budgétaire?

Revue de presse du Financial Times.

Il arrivera un moment où Joe Biden devra commencer à régler ses dettes. Le plan de relance américain de 1.900 milliards de dollars, qui a été approuvé ce mois-ci par le Congrès, a été financé par l’emprunt, comme l’ont été les mesures de soutien de l’économie l’an dernier pour un total de 3.000 milliards. Le déficit budgétaire américain devrait ainsi grimper à 15% du Produit intérieur brut (PIB), un gouffre qui n’avait été observé jusqu’ici qu’en période de guerre. Et c’est encore sans compter le prochain grand plan "Build Back Better" destiné à financer de grands travaux d’infrastructures. Il devrait lui aussi coûter plus de 3.000 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années.

-20%
Le nombre des agents du fisc aux États-Unis a fondu de 20% au cous de la décennie écoulée.

Joe Biden est ainsi confronté à deux défis. Il devra tout d’abord décider comment financer ces plans gigantesques : en augmentant les taxes, comme la secrétaire au Trésor Janet Yellen l’a indiqué récemment, ou en réduisant les dépenses publiques? Ensuite, il devra imaginer la stratégie pour faire passer ses plans au Sénat où quelques parlementaires démocrates pourraient rejoindre les 50 sénateurs républicains opposés à tout financement par l’impôt.

Le plan "Build Back Better" n’est pourtant pas du luxe. L’état des infrastructures américaines, déjà médiocre, ne cesse de se détériorer. Les États-Unis doivent accomplir leur transition vers les énergies vertes et les réseaux nationaux à haut débit. Un plan bien pensé serait de nature à booster la productivité américaine et à doper la tendance haussière du PIB.

Le Trésor américain pourrait augmenter les impôts sur les entreprises qui ne représentent que 1% du PIB, contre une moyenne de 3% pour les pays de l’OCDE.

Reste à financer ces investissements colossaux. L’administration Biden pourrait déjà s’employer à mieux faire appliquer la législation fiscale actuelle. Les agents du fisc, dont le nombre a fondu de 20% au cours de la décennie écoulée, ont toujours moins de moyens pour contrôler les déclarations fiscales des super riches. Or, un dollar dépensé dans le financement du fisc rapporte plusieurs dollars en recettes supplémentaires.

Le Trésor américain pourrait aussi augmenter les impôts sur les entreprises qui ne représentent que 1% du PIB, contre une moyenne de 3% pour les pays de l’OCDE. Faire passer le taux d’imposition de 21% à 28% pour les entreprises serait amplement justifié. Joe Biden pourrait aussi revenir sur sa promesse électorale de ne pas taxer davantage les personnes dont les revenus ne dépassent pas 400.000 dollars par an.

Reste à faire voter ces mesures au Congrès où les Républicains ne veulent pas en entendre parler.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés