Economiser l’énergie ne suffira pas à sauver le climat

©Bloomberg

Revue de presse du réseau international indépendant The Conversation.

Remplacer les combustibles fossiles par des énergies bas carbone est indispensable pour limiter le dérèglement du climat. Mais comme les énergies fossiles ne vont pas disparaître de sitôt, il est aussi impératif d’augmenter l’efficacité avec laquelle on les utilise, c’est-à-dire produire plus avec autant (voire moins) d’énergie.

Mais il se pourrait que cette stratégie – poussée par le GIEC et les gouvernements engagés dans l’Accord de Paris - ne fonctionne pas, car elle omet un phénomène qui œuvre depuis longtemps pour contrer les bénéfices de l’efficacité énergétique : l’« effet rebond » qui correspond à l’ensemble des mécanismes économiques et comportementaux qui annulent une partie, ou la totalité, des économies d’énergie résultant des gains d’efficacité.

Ainsi, en abaissant le coût d’un service donné – s’éclairer, se déplacer, se chauffer, se nourrir, se divertir –, l’efficacité énergétique engendre un surcroît d’utilisation de ce service : on s’éclaire plus, on se déplace plus, on se chauffe, on se nourrit et on se divertit davantage grâce aux gains d’efficacité énergétique.

"Les modèles climatiques omettent un phénomène qui œuvre depuis longtemps pour contrer les bénéfices de l’efficacité énergétique : l’effet rebond."

Pire, cela peut aussi pousser les consommateurs à utiliser une partie de leurs revenus pour acheter autre chose que de l’électricité ou de l’essence : par exemple, un billet d’avion ou bien un nouveau smartphone.

Installer de nouvelles ampoules LED, doter les voitures de moteurs derniers cris et perfectionner les processus industriels ne suffira donc pas pour diminuer la consommation d’énergie fossile et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Affirmer cela ne veut pas dire que l’efficacité énergétique est une mauvaise chose en soi : en plus d’économies d’énergie bien réelles, elle peut apporter différents avantages économiques.

Toutefois, les scénarios et les modèles climatiques manquent d’un certain réalisme face à la complexité de l’effet rebond. Et si les économies d’énergie fondées sur les gains d’efficacité sont moins importantes que prévu, il faudra compter sur d’autres moyens pour lutter contre le changement climatique : les énergies renouvelables et nucléaires, la capture et le stockage du carbone, ou encore la tarification du carbone.

Ce commentaire publié dans The Conversation a été résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés