Publicité

Face à la militarisation d'internet, la cyber-résilience est devenue un enjeu stratégique

La peur d’une pénurie d’essence après l’attaque informatique sur Us Colonial avait provoqué une ruée sur les stations d’essence. ©AFP

Revue de presse du quotidien néerlandais NRC Handelsblad.

Le carburant coule à nouveau dans le pipeline US Colonial. Le réseau d’oléoducs desservant la côte est des États-Unis avait été victime d'une cyberattaque le week-end dernier. Finalement, selon Bloomberg, une rançon d’une valeur de plus de 4 millions d'euros, en bitcoin, a été payée.

Cet épisode illustre l'impuissance des entreprises, descinstitutions ou d’un gouvernement lorsque ses systèmes informatiques sont attaqués. Même les puissants services secrets américains ne sont pas parvenus à y faire faire grand-chose.

En attendant d'en savoir plus, le hacking de US Colonial peut s'expliquer de deux manières. La première est que les auteurs, qui, selon le FBI, font partie du cybergang DarkSide, ont agi au hasard. Colonial se serait retrouvé piégé dans un « filet » largement déployé. Cela aurait donc pu être n'importe quelle autre entreprise ou agence.

La deuxième lecture possible est qu’il s’agit d’une attaque délibérée sur l'infrastructure américaine, ce qui soulève la question de savoir qui était à la manoeuvre.

C’est précisément ce manque de clarté sur les motifs qui laisse apparaître cette zone grise entre le criminel et le militaire, entre le civil et l’étatique. La guerre hybride est en vogue depuis longtemps: il s’agit d’actes d’agression qui ne franchissent pas la ligne d’un conflit formel. Une violence dont il n’est pas clairement établi qu’elle émane d’États, de combattants qui se comportent comme des soldats, mais qui ne sont pas officiellement des soldats.

Maintenant que la militarisation de l'internet s’est répandue, il est temps que les autorités et les milieux d'affaires néerlandais commencent à se comporter en conséquence.

Jusqu'à présent, le remède était recherché au niveau des entreprises ou des institutions elles-mêmes : meilleure sécurité, mise à jour plus rapide, instructions précises données au personnel... Et, bien sûr, ne payez pas, car cela ne fait qu'encourager les escrocs.  Du moins jusqu'à ce que le paiement soit quand même effectué…

Mais il devient nécessaire de traiter cette menace à un niveau stratégique. Les relations ordonnées issues de la guerre froide sont terminées depuis la fin des années 1980. L'intermède qui a suivi, avec l’omnipotence américaine et les "dividendes de la paix", qui s’est traduit par une baisse des dépenses de défense, a depuis longtemps cédé la place à une concurrence vive entre les différentes puissances.

Maintenant que la militarisation de l'internet s’est répandue, il est temps que les autorités et les milieux d'affaires néerlandais commencent à se comporter en conséquence.

Ce commentaire publié dans NRC Handlsbald a été traduit et résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés