Publicité

Le véritable test des talibans

Les talibans ont-ils vraiment changé comme ils le prétendent? ©Photo News

Revue de presse du quotidien pakistanais The News International.

Le triomphe des talibans soulève une vague d'excitation dans les milieux de droite au Pakistan, mais fait aussi frémir les militants des droits de l'homme qui craignent désormais des représailles.

Bien que les talibans d'aujourd'hui tentent de donner l'impression qu'ils ont changé, cela n'apaise pas les craintes de dizaines de milliers d’infortunés qui tentent de fuir. Les non-Pachtounes, notamment, craignent d'être pris pour cible.

Et pour cause, malgré les grandes déclarations d'unité nationale, les deux anciens présidents - Hamid Karzai et Ashraf Ghani - se sont révélés être des ethnonationalistes, affaiblissant les Tadjiks, les Ouzbeks, les Hazaras et autres non-Pachtounes qui ont opposé une forte résistance aux talibans par le passé.

Les États-Unis partagent aussi la responsabilité de l'imbroglio dans lequel se trouve l'Afghanistan aujourd'hui. Washington se vante d’avoir dépensé plus de 1000 milliards de dollars, mais en réalité, plus de 900 milliards de cette somme colossale ont été emportés par les Américains eux-mêmes sous différents prétextes. Une somme dérisoire de 36 milliards a été allouée à la gouvernance et au développement du pays, tandis que 88 milliards auraient été investis dans les forces afghanes.

On peut se demander s'ils ont effectivement changé ou non, ce qui est sûr c’est que l'Afghanistan s'est transformé au cours des 20 dernières années.

Ce qui est fait ne peut être défait. Les talibans sont une réalité aujourd’hui. On peut se demander s’ils ont effectivement changé ou non, ce qui est sûr c’est que l’Afghanistan s’est transformé au cours des 20 dernières années. À l’époque des talibans, à peine 70.000 étudiants étaient inscrits dans le pays; ce chiffre est passé à sept à dix millions aujourd’hui. Fermer les portes de l’éducation à autant d’étudiants serait dévastateur. De même, interdire aux femmes de travailler, infliger des châtiments inhumains, un code vestimentaire ou une idéologie unique à la population ne sera pas acceptable pour la communauté internationale.

Environ 47,3 % de la population afghane vit actuellement dans la pauvreté. Soixante bébés sur 1000 en 2019 meurent avant d'atteindre l'âge de cinq ans ; la malnutrition sévère touche 9,5% de la population. Seuls 42 % des Afghans ont accès à l'eau potable et à peine 27 % de la population rurale a accès à des installations sanitaires. Tels sont les problèmes urgents de l'Afghanistan. Le véritable test pour les talibans consistera à s'attaquer à ces problèmes plutôt que de se livrer à un exercice de police morale.

Ce commentaire, publié dans The News International, a été traduit et résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés