Les États-Unis se servent de l’Otan pour maintenir leur suprématie

Les quartiers généraux de l’Otan, à Bruxelles. ©REUTERS

Revue de presse de la chaine d'information internationale qatarie Al Jazeera.

L’Otan est aujourd’hui confrontée à deux défis stratégiques majeurs, la montée en puissance de la Chine et la résurgence de la Russie, qui représentent des menaces cybernétiques, spatiales et géopolitiques en expansion.

Pour autant, comme l’a dit Obama, la Russie n’est plus aujourd’hui qu’une "puissance régionale" dont les actions belliqueuses sont l’expression de la faiblesse plutôt que de la force. Il est donc préférable de la contenir politiquement et économiquement.

Et si la Chine montante représente un nouveau casse-tête géopolitique, elle n'est pas que ce fut l'Union soviétique. Malgré son énorme puissance économique et son ambition stratégique, elle n'a pas de vision alternative du monde à proposer.

Les Européens considèrent Pékin comme un concurrent économique. Washington estime en revanche que la Chine est déterminée à devenir un hégémon en Asie et insiste pour contenir son ascension.

Cela signifie que l'administration Biden devra charmer et intimider ses partenaires européens divisés mais prospères pour qu'ils la soutiennent en ce sens.

La pression porte déjà ses fruits puisque les Européens prennent de plus en plus leurs distances avec la Chine, notamment dans les domaines de la technologie et des investissements.

Les pressions en faveur d'un élargissement de l'alliance ne manqueront pas de provoquer Moscou et Pékin et de les rapprocher, avec de graves conséquences pour la sécurité mondiale.

Concrètement, l'Otan tentera tôt ou tard d'adopter une nouvelle évaluation stratégique en mettant davantage l'accent sur la coordination politique. Les Européens exigeront une plus grande parité et feront pression sur Washington pour qu'elle agisse moins unilatéralement.

De son côté, Washington continuera d'insister sur le fait que l'Europe doit payer pour avoir plus de poids au sein de l'Otan. Elle pourrait également faire intervenir les puissances asiatiques, le Japon et la Corée du Sud, sous le prétexte de "défendre la démocratie" en Asie orientale.

Mais le plus grand défi consistera à définir la nouvelle mission de l'Otan compte tenu de l'insistance de Washington à utiliser l'alliance pour maintenir la suprématie mondiale de l'Amérique.

Les pressions en faveur d'un élargissement de l'alliance à l'Ukraine et à la Géorgie ou d'une extension de sa force de projection, à l'avenir, ne manqueront pas de provoquer Moscou et Pékin et de les rapprocher, avec de graves conséquences pour la sécurité mondiale.

Ce commentaire publié par Al Jazeera a été traduit et résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés