Mourir… mais avec le compte en banque bien garni

Deux tiers des personnes interrogées sont d’accord pour dire qu’épargner les rend «heureux et épanouis». Même quand ils sont déjà à la retraite... ©iStock

Revue de presse de l'hebdomadaire américain Businessweek.

Il faudrait en profiter au moment de la retraite et dépenser tout ce que l’on a. En réalité, peu d'Américains adhèrent à cette école de pensée. Une enquête fascinante menée par l'Employee Benefit Research Institute auprès de 2.000 Américains âgés de 62 à 75 ans a sondé ce que nous envisageons de faire de notre argent au moment de la retraite. Les résultats sont étonnants. "Nous ne comprenons pas la façon dont les gens vivent leur retraite", explique même, à cet égard, Lori Lucas, CEO de l'EBRI.

En fait, seuls 14,1% des personnes interrogées pensent qu'elles dépenseront la totalité de leurs actifs. Mais 57% prévoient, au contraire… d'accroître leurs actifs à la retraite, de ne pas entamer leur épargne ou de dépenser peu.

Bien sûr, l’enquête s’est attachée à comprendre pourquoi autant de personnes avouent ne pas avoir l'intention de dépenser leurs actifs à la retraite. Les réponses les plus fréquemment données disent la même chose de différentes manières: "épargner pour parer aux imprévus", "avoir peur de manquer d'argent" et "une fois les actifs dépensés, ils ne peuvent être récupérés".

57%
57% des Américains prévoient d'accroître leur épargne à la retraite, de ne pas l'entamer ou de peu dépenser.

Mais la réponse la plus intrigante, qui fait aussi partie des plus citées, est : "Me fait me sentir mieux". Dans la théorie financière et économique standard, l'épargne pour elle-même n'a aucun sens, car le seul but de l'argent est de payer des choses, ce qui peut inclure les legs. On se sent mieux quand on dépense, pas quand on s'abstient. Il est donc évident que beaucoup de retraités trouvent de la satisfaction dans l'acte même d'épargner.

De fait, deux tiers des personnes interrogées sont d'accord pour dire qu’ "épargner me rend heureux et épanoui". Cela signifie aussi que le fait de puiser dans leurs actifs pour couvrir les dépenses "est ressenti comme une perte." Or d'abondantes recherches psychologiques montrent que les gens n'aiment pas du tout la sensation de perdre de l'argent… La frugalité deviendrait donc une preuve de la peur qui nous étreint au point que lorsque les retraités disent qu'épargner autant que possible les rend heureux, ce qu’ils disent en fait c’est que ne pas épargner rend malheureux…

Ce commentaire publié dans Businessweek a été traduit et résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés