Publicité

Notez-le déjà: le 6 janvier 2025 sera un tournant de l'histoire

Kevin McCarthy, le leader de la minorité républicaine à la Chambre . ©Photo News

Revue de presse du quotidien américain USA Today

Il est rare de connaître à l’avance les moments-clé de l’histoire. Avant Pearl Harbor, personne ne se doutait que le 7 décembre resterait «le jour de l’infamie». Nous ne pouvions pas prédire à l’avance que nous célébrerions la naissance de notre nation le 4 juillet ou que le 11 septembre renverrait à jamais à une tragédie.

Notez-le déjà : le 6 janvier 2025 sera une date charnière de l'histoire. Ce jour-là, la démocratie américaine vivra ou mourra.

Une session conjointe du nouveau Congrès se réunira ce jour-là pour compter les votes électoraux de l'élection de 2024. Elle désignera ensuite comme président celui qui aura remporté au moins 270 votes électoraux. C'est ainsi que cela devrait se passer. Mais il y a de fortes chances que cela ne se passe pas ainsi.

Les républicains de la Chambre des représentants sont, en effet, maintenant, fermement sous l’emprise d’un populisme de droite profondément antidémocratique. Tous ou presque se sont engagés à «soutenir et défendre» Donald Trump et le trumpisme plutôt que la Constitution des États-Unis.

Nous connaissons la date à laquelle les comploteurs vont tenter un coup d'État. La seule question est de savoir si nous ferons ce qu’il faut pour les arrêter.

Si ces radicaux contrôlent la Chambre des représentants le 6 janvier 2025, et qu’un démocrate remporte le vote du collège électoral, il est désormais tout à fait possible que les républicains confirment leur propre choix comme président des États-Unis. Si cela se produit, la plus grande démocratie du monde prendra fin.

La démarche serait la même que celle qu’ils ont essayée après l’élection de 2020: invalider les votes du Collège électoral de certains États qui se sont portés sur le démocrate, renvoyant ainsi l’élection à un vote de la Chambre. Ce stratagème a échoué parce que la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et les démocrates de la majorité l’ont bloqué. Nous n’aurons pas cette protection en 2025 si le «speaker» est Kevin McCarthy.

Cela signifie que les élections à la Chambre de 2022 et 2024 ne porteront pas seulement sur des questions politiques, comme l’avenir de l’agenda Biden ou les réductions d’impôts. C’est notre démocratie elle-même qui sera en jeu.

Malgré des divisions souvent profondes, rien n'a jusqu’ici menacé la nature même de notre démocratie depuis la bataille de Gettysburg. Mais la république est aujourd'hui confrontée à une menace existentielle, et nous connaissons la date à laquelle les comploteurs vont tenter un coup d'État. La seule question est de savoir si nous ferons ce qu’il faut pour les arrêter.

Ce commentaire publié dans USA Today a été traduit et résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés