Publicité

Où sont donc passés 7 millions de travailleurs américains?

Usine d'assemblage Ford dans le Kentucky. ©Bloomberg

Revue de presse du magazine américain The Atlantic.

Le grand mystère du moment, aux États-Unis, c’est la pénurie de main-d'œuvre. Le PIB américain est plus élevé qu'il ne l'était en février 2020. Mais l'économie a perdu 7 millions de travailleurs. C'est comme si la totalité de la population active de Pennsylvanie avait disparu. Ce n'est évidemment pas ce à quoi l'on s'attend dans une économie en croissance rapide avec une inflation frémissante. Les salaires augmentent. Les offres d'emploi sont partout. Mais nous manquons de personnes qui veulent un emploi.

Quand on y regarde de plus près, les effets directs du covid n'expliquent pas grand-chose. La plupart des décès dus à la pandémie ont touché des personnes âgées, et non des Américains en âge de travailler. Et les craintes liées au covid ont diminué au cours des derniers mois.

Comme de plus en plus de personnes rejettent le bureau, passent plus de temps avec leur famille ou évitent complètement de retourner au travail, il pourrait s'agir d'un tournant décisif dans la relation entre le travail et le capital... Ou peut-être pas!

L'explication la plus plausible tient à la politique fiscale mise en place durant la pandémie qui a réduit l'urgence d'une recherche d'emploi. Les États-Unis ont dépensé des milliers de milliards de dollars pour aider les familles à traverser l’épreuve, par le biais de chèques de relance, d'allocations de chômage étendues et du moratoire sur le paiement des intérêts des prêts étudiants. Les interdictions d'expulsion ont aussi allégé la pression sur les locataires. Et puis il y a l'augmentation record de l'épargne des familles qui n'ont pas pris de vacances ou fait des folies depuis plus d'un an. Ajoutez à cela le fait que les offres d'emploi ont atteint des niveaux record, ce qui signifie que les gens savent que s'ils attendent, il y aura encore beaucoup d'emplois à pourvoir...

Cela soulève une question plus importante : s'agit-il d'une nouvelle normalité? Comme de plus en plus de personnes rejettent le bureau, passent plus de temps avec leur famille ou évitent complètement de retourner au travail, il pourrait s'agir d'un tournant décisif dans la relation entre le travail et le capital... Ou peut-être pas! Peut-être sommes-nous suspendus dans une bulle d'air de l'histoire, et peut-être celle-ci éclatera-t-elle l'année prochaine? Et les Américains finiront par retourner au travail.

Que la révolte des travailleurs d'aujourd'hui devienne ou non la révolution des travailleurs de demain, il est clair que l'Amérique a besoin de plus de travailleurs. La population américaine en âge de travailler a cessé de croître il y a plus de dix ans en raison de la baisse des taux de fécondité. L'arithmétique est simple : nous avons besoin de plus d'immigrants.

Ce commentaire publié dans The Atlantic a été traduit et résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés