Publicité

Oui, le coronapass est justifié

Le coronapass contribue à éviter des faillites dans le secteur Horeca et permet à une majorité de la population de sortir à nouveau sans restrictions. ©BELGA

Revue de presse du quotidien néerlandais NRC Handelsblad.

Maintenant qu'il est apparu que les personnes vaccinées ne sont pas protégées à 100% contre le Covid-19 et qu'il existe aussi une possibilité qu'elles propagent l’infection, certains en concluent que les coronapass ne sont plus efficaces et que leur justification disparaît. Tout le monde, vacciné ou non, ne devrait-il pas être testé afin d'obtenir le droit d’entrer dans un bar ou assister à un événement culturel ?

L’argument est un peu court. Le fait que l'on ne puisse pas exclure à 100 % que des personnes vaccinées infectent d'autres personnes ne signifie pas que le risque n'est pas sensiblement plus faible. Le vaccin contre la polio n'a pas non plus fourni une protection complète, mais la couverture vaccinale élevée a permis de maîtriser la maladie pendant des décennies. Au Danemark, la couverture vaccinale contre le Covid-19 est désormais suffisamment élevée pour se passer du coronapass, tout en enregistrant un taux de morbidité acceptable.

La question clé est de savoir dans quelle mesure les personnes vaccinées peuvent infecter d'autres personnes (à leur insu). Or, il n'y a pas encore de réponse certaine à cette question, mais les études disponibles vont toutes dans le même sens : même avec le variant Delta, le risque d'infection par les personnes vaccinées est faible, et nettement plus faible que pour les personnes non vaccinées. Ou, comme l'a résumé l’infectiologue Jaap van Dissel lors du dernier exposé technique à la Chambre basse du Parlement: ce sont principalement les personnes non vaccinées qui se contaminent entre elles.

Il est disproportionné d'attendre des personnes vaccinées qu'elles continuent à se faire tester alors qu'ils ont suffisamment contribué à réduire les risques d'infectiosité et de maladie grave en se vaccinant.

Cette différence de contagiosité entre vaccinés et non-vaccinés justifie l'instauration d’un coronapass. Il permet ainsi de rouvrir le secteur de l'hôtellerie et de la culture sans contraintes de capacité et sans provoquer de pic de charge dans les hôpitaux. On évite ainsi des faillites dans le secteur Horeca et une majorité de la population peut à nouveau sortir sans restrictions.

Bien sûr, les personnes vaccinées doivent continuer à faire attention, se faire tester et rester à la maison en cas de symptômes. Mais il est disproportionné d'attendre d'elles qu'elles continuent à se faire tester alors qu'elles ont suffisamment contribué à réduire les risques de contagion et de maladie grave en se vaccinant.

A l’inverse, comme les personnes non vaccinées ont beaucoup plus de chances de contracter le Covid-19, de le propager et de tomber gravement malade, il n'est pas disproportionné de leur demander de se faire dépister (gratuitement !) avant d'aller au cinéma ou au restaurant.

Il ne tient qu’aux sceptiques de rendre le coronapass inutile.

Cette tribune de l'épidémiologiste Marc Bonten et du philosophe Roland Pierik publiée dans NRC Handlsbald a été traduite et résumée par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés