tribune

Quand les data menacent la beauté du sport

Revue de presse du magazine français Le Point.

Le foot est un sport stratégique où l'esprit analytique et l'instinct se mêlent magnifiquement bien pour atteindre des exploits parfois spectaculaires. Cela étant dit, des scientifiques et des entraîneurs sportifs cherchent à exploiter les informations sur les joueurs et les équipes en action, ou sur la prestation des adversaires, dans un seul objectif: améliorer les performances individuelles et collectives.

Même si les data sont un allié de choix en sport, il faut apprendre à les dompter… Dans le cas contraire, on peut freiner l'efficacité des équipes et faire disparaître le spectacle.

Au risque de vous étonner, les données sont partout, même dans le sport. On connaissait déjà l'usage des résultats sportifs passés pour nourrir des modèles numériques dans le but de "prédire" les prochaines victoires et ainsi d'éclairer les paris sportifs.

Aujourd'hui, grâce à un capteur porté par un joueur, on collecte ses pointes de vitesse, ses déplacements ou encore son endurance pendant l'entraînement ou un match. De ces données, on calcule un indice de performance qui permet à l'entraîneur d'évaluer le travail du joueur, son état physique, mais aussi ses interactions avec ses coéquipiers. Et ainsi évaluer la dynamique de l'équipe. Le programme de récupération peut alors être adapté, encore par un calcul, en fonction des actions du joueur sur le terrain.

En traitant ces données, on peut également imaginer la composition d'une équipe, selon les adversaires qu'elle a en face, ou encore en fonction de l'état physique individuel des joueurs. On peut également détecter chez les jeunes recrues les prochaines générations de joueurs de l'équipe nationale dans le but d'optimiser le taux de victoires dans le futur.

On risque de passer à côté d'un joueur qui ne satisfait pas les critères analytiques en moyenne, mais qui est pourtant sensationnel par un jeu qui se différencie de celui de ses confrères.

Seulement voilà, le traitement poussé et maladroit de ces informations sportives et personnelles des joueurs a des limites. On risque de passer à côté d'un joueur qui ne satisfait pas les critères analytiques en moyenne, mais qui est pourtant sensationnel par un jeu qui se différencie de celui de ses confrères. Pire, on menace la beauté du sport en homogénéisant les matchs puisque les joueurs du monde entier seront encouragés à jouer de la même manière, orientée par les data.

Cette chronique, publiée dans Le Point sous la plume d'Aurélie Jean, a été synthétisée par nos soins.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés