tribune

Un vrai revenu universel: "une idée qui fait son chemin"

Revue de presse de Les Echos.

La question de l'instauration d'un revenu universel s'invite à nouveau dans le débat à l'approche de l'élection présidentielle française de 2022.

Aux yeux de beaucoup, le revenu universel est de prime abord porteur de nombreux vices: trappe à inactivité, coût exorbitant… Pour séduisantes qu'elles puissent être, ces critiques doivent être sérieusement nuancées.

Le premier point à souligner est que, tel Monsieur Jourdain faisant de la prose sans le savoir, la France verse déjà un "revenu d'existence" à de nombreux Français. Il faut avoir à l'esprit que le montant des prestations sociales a atteint 742,1 milliards d'euros en 2018.

La difficulté est que ce "revenu d'existence" n'apparaît pas comme tel dans la mesure où il est constitué d'une myriade d'aides et d'avantages: prestations familiales, prestations sociales, avantages fiscaux...

Le revenu universel n'alourdirait pas les dépenses publiques dans la mesure où il consisterait à réaffecter les budgets existants.

Le regroupement de toutes ces prestations et avantages en un revenu universel présenterait de multiples avantages. Le premier est que ce revenu serait réellement universel, c'est-à-dire qu'il serait attribué sans conditions de ressources à tous les Français tout au long de leur existence. Le deuxième avantage serait sa lisibilité et sa simplicité. Il permettrait de mettre un terme au millefeuille des aides sociales et de lutter ainsi efficacement contre la fraude sociale.

Le troisième avantage est que le revenu universel n'alourdirait pas les dépenses publiques dans la mesure où il consisterait à réaffecter les budgets existants sous forme d'un revenu universel de l'ordre de 200 euros par mois de 0 à 14 ans, de 250 euros par mois de 15 à 18 ans et de 500 euros par mois à partir de 18 ans, revenu qui prendrait la forme d'un crédit d'impôt accordé à ceux soumis à l'impôt sur le revenu. Avec de tels montants, difficile de voir dans le revenu universel une incitation à la paresse. Et le revenu universel permettrait à de nombreux bénéficiaires de boucler dignement leurs fins de mois.

Le revenu universel a été testé avec succès à plusieurs endroits, notamment à Stockton, en Californie, où un échantillon de 125 habitants a perçu sans contrepartie 500 dollars par mois pendant deux ans.

Cette tribune, publiée dans Les Echos sous la plume de Frédéric Douet (professeur à l'université Rouen-Normandie) a été synthétisée par nos soins.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés