Publicité

Une guerre avec la Chine est-elle devenue inévitable?

Dans un contexte de tensions croissantes entre la Chine et Taïwan, de nombreux Taïwanais ont assisté aux célébrations de la fête nationale à Taipei, le 10 octobre dernier. ©EPA

Revue de presse du quotidien taïwanais Taipei Times.

Un vieil adage dit : "Si tu souhaites la paix, alors prépare la guerre". Pourquoi Taïwan devrait-elle se préparer à la guerre? Les raisons sont nombreuses et évidentes.

Ce n’est en tout cas pas dû au fait que Taïwan souhaite la guerre ou est une nation belliqueuse. La réponse se trouve plutôt chez son voisin, la Chine.

Taïwan doit considérer ces préparatifs à une guerre comme un moyen de dissuasion. Toute nation, grande ou petite, doit démontrer sa capacité à se défendre. Si elle ne le fait pas, elle sera considérée comme le fruit désirable et facile à cueillir.

En plus de la position stratégique et de la richesse de Taïwan qui seraient tout profit pour Pékin, la Chine et son président, Xi Jinping, sont bien conscients que Taïwan peut servir à détourner l'attention des problèmes internes croissants de la Chine.

Xi a clairement pour objectif d’entrer au panthéon chinois; il se voit comme le successeur de Mao Zedong. Sans héritiers à qui confier sa présidence, tout ce que Xi entreprendra devra être réalisé de son vivant et le temps presse. À cette fin, il a déjà préparé le terrain pour décrocher un troisième mandat, ce qui est normalement interdit par les règles du PCC.

On le sait, tout n'est pas rose sur le plan intérieur chinois. La croissance à deux chiffres du PIB, autrefois célèbre, appartient désormais au passé. Aujourd’hui, le riche secteur privé chinois est en désaccord avec le PCC et la gestion de la pandémie a montré que le parti préférait jouer cavalier seul dans le domaine de la santé.

Ce ne sont pas les seuls problèmes internes. Les Ouïgours emprisonnés en Chine ne sont toujours pas devenus des citoyens modèles. Le Tibet et la Mongolie-Intérieure ne sont pas heureux de voir leur identité culturelle effacée. Et ne parlons pas de la situation à Hong Kong.

Les problèmes croissants sur le marché de l’énergie et du charbon ont déjà entraîné des «pannes d’électricité» en Chine. Même les Jeux Olympiques d’hiver que Pékin accueillera l’année prochaine posent plus de problèmes que de satisfaction.

Si Xi veut que son portrait soit accroché sur la place Tian'anmen, il a désespérément besoin d'une "distraction impérialiste", sachant que cette guerre ne concernerait pas seulement Taïwan. Le Japon et les États-Unis réalisent, en effet, enfin, que leur commerce lucratif avec la Chine pourrait désormais avoir un coût trop élevé si la Chine prenait le contrôle de Taïwan.

Ce commentaire publié dans Taipei Times a été traduit et résumé par nos soins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés