Logo
Partner Content offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Les risques baissiers pour l'économie s'accumulent

©Nagelmackers

En ce qui concerne la hausse des taux d’intérêt, quelques éléments défensifs ont été intégrés aux portefeuilles depuis 2017. À proprement parler, ce sont, d’une part, des instruments de placement qui limitent les dommages potentiels, c’est-à-dire avec des échéances plus courtes et, d’autre part, des instruments à taux variable (révisables après 3 mois). Pour les profils de risque qui le permettent, des solutions structurées ont également été recherchées et trouvées dans les produits dérivés. Il s’agit principalement d’instruments à court terme – c’est-à-dire de produits dont la valeur augmente avec la hausse des taux d’intérêt – et de produits qui jouent sur la hausse de l’inflation (obligations indexées sur l’inflation). Par conséquent, notre duration moyenne actuelle, c’est-à-dire notre sensibilité aux taux d’intérêt, est nettement inférieure à beaucoup de moyennes du marché.

Remontée des taux : comment l’aborder ?

Faut-il miser sur les ETF ou préférer la gestion active ?

Le succès des ETF passifs après 2008 s’explique principalement par le fait que les changements tactiques peuvent être réalisés rapidement et à peu de frais au sein des portefeuilles. Beaucoup d’investisseurs trouvent une consolation dans une exposition neutre au marché (passive, neutre du point de vue de l’index) et dans le fait que ces produits sont liquides et facilement négociables. Cependant, les ETF ont connu une croissance explosive depuis 2011 et n’ont pas encore été soumis à de véritables tests de stress. Il convient dès lors de se demander si, en cas de survenance d’une nouvelle crise majeure, la liquidité du marché pourra faire face à une vague de vente d’ETF. " We don’t know and we will know when it happens. "

Quelles opportunités ou menaces majeures voyez-vous dans les prochains mois ?

Les risques baissiers pour l’économie se sont accumulés: décélération de la croissance économique en Europe et dans d’autres régions, poussée du populisme en Europe dont en Italie, protectionnisme américain et prix pétroliers plus élevés. La poussée des risques (géo)politiques et des rhétoriques ‘anti-système’ sont susceptibles de mener à terme à une situation de stagflation, plus particulièrement aux Etats-Unis. Toutefois, si les nuages s’amoncellent à l’horizon, il n’y a pas d’avis de tempête. Certaines évolutions négatives pourraient se transformer en opportunité, notamment le récent recul de l’euro devrait donner un coup de pouce aux exportations européennes. Dans le contexte de tensions commerciales, l’Union européenne pourrait vouloir se rapprocher commercialement de la Chine et de l’Asie. Enfin, l’Allemagne semble acquiescer l’idée d’un budget d’investissement de la zone euro, certes très modeste.

Logo
Partner Content offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.