Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Quelle est la meilleure protection pour les salariés qui se rendent à l'étranger?

Nancy Van Poucke, Manager Group Personal Insurance Belux chez AIG

Le voyage d'affaires à l'étranger ou l’expatriation n'ont pas la même résonance auprès des assureurs qu'il y a quelques années. “La crise sanitaire a bien sûr accéléré cette évolution, mais les attentats de Paris et de Bruxelles ont aussi fait réfléchir les entreprises sur la mobilité internationale”, note l'assureur AIG.

“Avant, c'était simple: on partait en voyage d'affaires ou on était envoyé à l'étranger avec sa famille pour quelques années en tant qu'expatrié”, avance Frank Indestege, Head Expat EMEA chez AIG. “La définition n’est plus aussi claire, désormais.”

Il n'est pas plus facile de protéger correctement les employés qui se rendent à l’étranger. Le droit du travail et la Sécurité sociale considèrent en effet les voyages d'affaires et les séjours de longue durée à l'étranger sous un angle différent.

Les accidents graves lors de voyages d'affaires étaient plutôt rares. On observe maintenant des cas de personnes qui ont dû être mises en quarantaine en Chine à cause d'une contamination au Covid-19.
Nancy Van Poucke
Manager Group Personal Insurance Belux chez AIG

“Une personne qui part en Inde pendant cinq semaines pour aider à construire une usine, revient dix jours et repart cinq semaines: est-ce un expatrié ou un voyageur d'affaires?”, illustre Frank Indestege. “Et qu'en est-il d'une personne qui fournit un travail stratégique à des clients européens en tant que manager indépendant depuis Dubaï?”

Séjour à l'étranger

Pendant la crise sanitaire, les choses ne sont pas devenues plus claires. Quid, par exemple, du nomade numérique qui se trouve à l'étranger pour une longue période, souvent en tant que freelance? Est-il soumis à la législation de la Belgique, où se trouvent ses clients, ou à la législation du pays où il réside?

Et que dire des personnes qui, de leur propre initiative, travaillent pendant quelques semaines depuis leur maison de campagne dans le sud de la France? Autant d'évolutions qui ajoutent de nouvelles pièces au puzzle que les employeurs et les assureurs doivent composer pour protéger les employés de manière optimale.

Frank Indestege, Head Expat EMEA chez AIG

“Toute personne qui part en mission a besoin de davantage qu'une simple assurance voyage”, estime Frank Indestege. “Si cette personne suit un traitement de physiothérapie, elle doit pouvoir continuer ses séances à l'étranger. Et en même temps, elle n'a pas besoin des mêmes solutions que l'expatrié qui déménage toute sa famille et sa ‘vie médicale’ pendant cinq ans. Ce sont des situations pour lesquelles il existe peu de solutions concrètes.”

Quarantaine

L'année écoulée a également remis en évidence l'importance de l'assurance voyages d'affaires. “Par le passé, ce type d'assurance était parfois utilisé pour récupérer les frais d'hôtel à la suite d'un vol annulé. Les accidents graves lors de voyages d'affaires étaient plutôt rares… On observe maintenant des cas de personnes qui ont dû être mises en quarantaine en Chine à cause d'une contamination au Covid-19”, confirme Nancy Van Poucke, Manager Group Personal Insurance Belux chez AIG.

“Les coûts s'accumulent rapidement. Et faire rapatrier une personne présentant des symptômes de coronavirus peut aisément coûter 90.000 euros. C'est cher, mais l'alternative était de se retrouver dans un hôpital en pleine pandémie dans un pays dont vous ne comprenez pas le système de santé et où vous courez le risque de tomber dans le coma sans que personne ne soit là, près de vous.”

Les soins préventifs étaient autrefois inclus dans les politiques, mais comme une seule ligne dans une longue vue d'ensemble. Aujourd'hui, il s'agit de volets distincts qui sont clairement mis en avant.
Frank Indestege
Head Expat EMEA chez AIG

“Ce qui est devenu plus important pour les gens que l'assurance elle-même, c'est l'assistance”, confirme Van Poucke. “Ils veulent pouvoir se tourner vers quelqu'un: appeler un centre d'assistance et consulter des médecins spécialistes sur l'utilité d'un rapatriement. Nous constatons que des personnes qui ne voulaient pas d'une telle assurance en comprennent dorénavant la valeur ajoutée.”

Bien-être mental

Les téléconsultations médicales sont en hausse parmi les expatriés et les voyageurs d'affaires. Le partenaire de téléconsultation d'AIG a ainsi enregistré une augmentation de 156% du nombre de consultations en ligne au cours du dernier trimestre de 2020.

Un grand nombre de ces consultations étaient liées au bien-être mental. La promotion de la prévention et du bien-être mental est devenue partout une priorité absolue. Et cela ne s'arrête pas aux frontières nationales.

“De plus en plus d'employeurs sont sensibilisés à cette question”, remarque Frank Indestege. “Ils préparent leurs employés de manière optimale à leur séjour à l'étranger. Et si une aide est nécessaire, ils veillent à ce qu'elle soit disponible autant que possible. Les soins préventifs étaient autrefois inclus dans les politiques, mais comme une seule ligne dans une longue vue d'ensemble. Aujourd'hui, il s'agit de volets distincts qui sont clairement mis en avant.”

Nouvelles opportunités

Le fait que la génération des milléniaux se prête désormais à l'expatriation contribuera à la numérisation du paysage de l'assurance. Le site Web n'est plus suffisant depuis longtemps: les consommateurs s'attendent à ce qu'une application leur permette de soumettre une demande d'indemnisation en postant une photo de leur compte.

“Nous avons connu une période difficile mais, en termes de nouveaux produits et possibilités, ces circonstances engendrent beaucoup d’opportunités inédites pour les assureurs”, conclut Nancy Van Poucke.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.