Santé et pension: le secteur public face aux mêmes défis que le privé

Karel Coudré, Directeur Product Management Life & Health chez AXA ©Marco Mertens

Afin de préserver la soutenabilité financière des pensions et des soins de santé, le secteur public doit relever de nombreux défis. Pour les nouveaux recrutements, le gouvernement veut faire des emplois contractuels la norme, et des statutaires l’exception. Proposer une égalité de traitement entre les deux statuts exigera du doigté. Mais il existe des solutions.

Aujourd’hui, la fonction publique compte grosso modo 50% de statutaires et 50% de contractuels. Ces derniers doivent notamment se contenter de pensions plus faibles et d’interventions réduites en cas de maladie et d’accident de travail. Or, le nombre de fonctionnaires nommés est appelé à diminuer par rapport aux contractuels au cours des années à venir.

Protection supplémentaire

"De ce fait, le secteur public sera confronté à la même problématique que le privé", note Karel Coudré, Directeur Product Management Life & Health chez AXA. "Autrement dit, une protection complémentaire sera de plus en plus nécessaire. C’est la seule manière d’accorder à tous les travailleurs du secteur public des compléments optimaux aux interventions légales, par exemple en cas d’incapacité de travail, et pour leur pension."

80% du dernier salaire pour les pensions, 70 à 75% du dernier salaire en cas d’incapacité de travail à la suite d’une maladie ou d’un accident: tels sont les objectifs pour les contractuels du secteur public.
Karel Coudré
Directeur Product Management Life & Health chez AXA

Plus encore qu’aujourd’hui, les administrations publiques devront prévoir des financements complémentaires afin d’accorder des conditions presque identiques aux fonctionnaires de différents statuts en cas de maladie et de pension. Plusieurs institutions publiques y réfléchissent déjà.

"Quelque 80% du dernier salaire pour la pension et 70 à 75% du dernier salaire en cas d’incapacité de travail à la suite d’une maladie ou d’un accident: tels sont les objectifs pour les contractuels du secteur public. Les assurances complémentaires ne sont donc certainement pas un luxe."

Hospitalisation et soins ambulatoires

La fonction publique bénéficie actuellement d’une excellente assurance hospitalisation. Comme dans le secteur privé, chaque fonctionnaire en profite. Un écueil important subsiste cependant dans ce domaine.

"On pense trop peu aux soins ambulatoires", observe Karel Coudré. "Soins dentaires, lunettes, honoraires du spécialiste et médication: tout cela représente 8 milliards d’euros par an en frais médicaux non remboursés par la Sécurité sociale. Voici un élément qui ne doit pas manquer dans le développement d’une protection globale du personnel."

Assurances: Le secteur public laisse passer des opportunités

Soutenabilité des pensions

Les assurances volontaires sont un excellent moyen de préserver la soutenabilité financière de nos pensions. "Certes, les pensions coûtent cher, mais il faut bien que quelqu’un les finance!", avance Karel Coudré. "Le débat est ouvert sur ce qui constitue en fin de compte la meilleure solution pour la société, entre un pouvoir d’achat immédiat et un pouvoir d’achat différé. Quoi qu’il en soit, nous devrons veiller à ce que le système des pensions repose sur des bases suffisamment solides. Nous devons donner la priorité au budget des pensions. Notamment au travers de nouveaux accords salariaux. Et en convertissant des avantages existants, parfois dépassés – pensez à l’allocation de foyer ou de résidence – en avantages pour les pensions. Nous n’y échapperons pas: une pension de qualité est primordiale."

Placements réfléchis et durables

Il faut également s’assurer que l’argent destiné aux pensions et aux pensions complémentaires soit bien investi. En d’autres termes, que l’on tire le maximum du plan de pension.

"Dans ce domaine, les solutions hybrides revêtent une importance stratégique", prolonge Karel Coudré. "Elles investissent en partie dans des éléments qui génèrent un rendement fixe et en partie dans des actifs qui suivent les évolutions du marché. Sur le long terme – ce qui est par définition le cas des assurances pension – on maximise encore le rendement potentiel. C’est intelligent. Car les assurances pension doivent pouvoir générer un rendement maximum. Nous sommes l’un des rares organismes d’assurance belges à disposer de notre propre Asset Manager. AXA est un pionnier mondial en matière d’investissement socialement responsable. Par exemple, nous nous sommes complètement détournés du charbon et de l’industrie du tabac."

Impact sur l’image d’employeur

Pour les autorités, il est important d’investir dans des produits socialement responsables. Cela favorise l’attrait du secteur public en tant qu’employeur.

"Tant le secteur public que son pendant privé plongent souvent leurs filets dans le même vivier de talents", indique Karel Coudré. "Outre un salaire compétitif, un package qualitatif d’assurances complémentaires santé et retraite ne cessera de gagner en importance au cours des années à venir dans le secteur public."