Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Ceux qui investissent dans les mégatendances profitent des possibilités de croissance à long terme"

L’investissement thématique occupe une place à part au sein du large assortiment d’investissements durables de BlackRock. Mais en quoi consiste exactement l’investissement thématique?

L’investissement thématique occupe une place à part au sein du large assortiment d’investissements durables de BlackRock. Mais en quoi consiste exactement l’investissement thématique? Et peut-il être durable?

Le gestionnaire d’actifs BlackRock attache une grande importance à la durabilité. L’investissement durable devient une nouvelle norme dans tous ses portefeuilles. “Pour nous, la durabilité n’est pas séparée des autres propositions d’investissement”, souligne Stephan Desplancke, Director iShares & Wealth Belgium chez BlackRock. “La durabilité est intégrée dans l’approche générale que nous adoptons pour tous les portefeuilles. Notre obligation fiduciaire consiste en effet à générer de la valeur pour les clients. Or, sans durabilité, on crée tout simplement moins de valeur à long terme.”

“Nous voyons le changement climatique comme un risque financier et social. D’un autre côté, c’est aussi une opportunité pour l’investisseur. Le marché continuera de récompenser les entreprises qui sont en mesure de contribuer à la transition vers une économie neutre en carbone. Un grand nombre d’entreprises n’ont pas encore intégré ce processus.”

Stratégie

Trois stratégies sont envisageables pour ceux qui veulent privilégier les investissements durables chez BlackRock. La première possibilité est d’opter pour une stratégie “avoid” qui exclut les secteurs et entreprises controversés. On peut par ailleurs investir selon la stratégie “enhance”, qui se concentre sur les entreprises qui obtiennent de bons scores sur les critères de durabilité (ESG). Enfin, il y a l’impact investing, qui consiste à prendre des participations dans des projets durables, dont l’impact est mesurable.

Ces deux dernières années, BlackRock a massivement investi dans le lancement de fonds durables. Et si ce segment du marché enregistrait déjà une croissance soutenue, la courbe a pris une allure exponentielle depuis la crise sanitaire. “On prétend souvent qu’opter pour des fonds durables implique de renoncer au rendement: c’est un mythe!”, défend Stephan Desplancke. “De nombreuses études démontrent qu’ils génèrent en moyenne autant de rendement que les fonds durables. De plus, les fonds durables sont souvent moins volatils. Ils présentent ainsi selon BlackRock un meilleur rapport risque/rendement à long terme. Nous en avons eu la démonstration lorsque les Bourses ont été prises de panique au début de la crise sanitaire en mars 2020: les fonds durables ont nettement moins souffert.”

Thèmes

Les fonds thématiques relèvent de la stratégie “enhance”. Chez BlackRock, l’investissement thématique repose sur cinq mégatendances, des tendances à long terme qui modifieront en profondeur la trajectoire de l’économie mondiale au cours des 20 prochaines années. Elles contraignent les entreprises à revoir leurs priorités, encouragent l’innovation et redéfinissent les modèles économiques. Elles ont un impact sur la manière dont nous vivons et dépensons de l’argent, sur nos politiques publiques et sur les stratégies des entreprises. Il est essentiel d’investir tôt dans les transformations attendues quand on veut faire profiter les portefeuilles des possibilités de croissance à long terme.

Un élément intéressant est que l’investissement thématique ne se limite pas à un secteur, une région ou un marché: il ouvre la possibilité de miser directement sur des tendances globales. “On peut dès lors s’attendre à ce que ces thèmes se distinguent par une croissance des bénéfices et du chiffre d’affaires supérieure à la moyenne du marché, et par des rendements à long terme plus élevés que les fonds classiques”, poursuit Stephan Desplancke.

Quelles sont ces cinq mégatendances? “Outre les progrès technologiques, on peut citer les évolutions démographiques et sociales, ainsi que l’urbanisation rapide et l’essor de la classe moyenne en Asie”, détaille Stephan Desplancke. “Ceci dit, la mégatendance la plus évidente est sans doute le climat et la pénurie de matières premières.”

Tous les fonds de ce dernier thème se centrent sur un aspect spécifique de la durabilité, à savoir le “E” ou le “S” des critères ESG, et sont généralement associés aux Objectifs de développement durable des Nations unies. “Pour chaque fonds thématique, nous déterminons également s’il est préférable d’opter pour un ETF ou un fonds à gestion active”, prolonge Stephan Desplancke. “Il existe par exemple des trackers spécialisés dans les véhicules électriques et la technologie de transport, l’énergie propre, l’eau, ou encore le bois et la sylviculture. Dans le cas des fonds à gestion active, nous nous focalisons sur les transports du futur, l’innovation en matière d’alimentation et l’économie circulaire.”

Les trackers sur les véhicules électriques et la technologie du transport investissent non seulement dans des constructeurs automobiles comme Tesla et Kia, mais aussi dans des entreprises comme Aptiv qui produisent des composants pour des voitures électriques, ou des fabricants de puces électroniques comme Infineon.

BlackRock propose 18 fonds thématiques, qui totalisent ensemble 25 milliards de dollars d’actifs sous gestion. “Ce segment enregistre une croissance extrêmement rapide”, s’enthousiasme Stephan Desplancke. “Les investissements dans notre ETF sur l’énergie propre, par exemple, ont augmenté de 1 milliard de dollars, à 9 milliards, en 2020. La technologie, les thèmes liés à la santé et la durabilité sont particulièrement prisés.”

Préparation

Ceux qui veulent investir dans des fonds thématiques durables doivent avant tout s’informer. “Si les mégatendances sont claires, tous les thèmes qui leur sont liés ne survivront pas”, prévient Stephan Desplancke. “Procédez à une analyse approfondie pour déterminer les vainqueurs potentiels à long terme.”

En plus de la sélection thématique, il ne faut pas négliger le choix de la nature du fonds. “Faut-il opter pour un ETF ou un fonds à gestion active? Si le thème est représenté par un petit nombre d’entreprises ou que ces entreprises sont très semblables, l’ETF est souvent le meilleur choix”, estime Stephan Desplancke. “En effet, l’ETF suit automatiquement un vaste univers dans un thème donné. Vous misez ainsi sur la performance moyenne de l’ensemble de cet univers.”

Dans le cas d’un thème plus large avec de nombreuses entreprises concurrentes, le fonds à gestion active est sans doute plus intéressant. Les gestionnaires ont le savoir-faire et la liberté nécessaires pour sélectionner les futurs vainqueurs au sein du thème. Plus le vivier est vaste et plus il y a de données disponibles, plus l’analyse et les choix pourront faire la différence.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.