Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

ETF durables: six mythes à déconstruire

Gisele Duenas-Leiva, Director iShares & Wealth Belgium & Luxemburg au sein du gestionnaire d’actifs BlackRock

L’essor de l’investissement durable et la multiplication des définitions, des fournisseurs de données et des réglementations suscitent plusieurs malentendus concernant les fonds durables cotés en Bourse. Il était temps de déconstruire les mythes les plus tenaces à leur égard.

Mythe n° 1: Une norme claire et les données font défaut pour développer des fonds indiciels durables

“La transition vers une économie verte vient seulement de commencer”, nuance Gisele Duenas-Leiva, Director iShares & Wealth Belgium & Luxemburg au sein du gestionnaire d’actifs BlackRock. “Il n’y avait pas de normes et cela ne simplifiait pas la vie des investisseurs. Mais depuis peu, plusieurs méthodes standard sont disponibles pour investir durablement.”

Vous désirez en savoir plus? Écoutez ici la série de podcasts de BlackRock (Spotify)

“Les régulateurs accomplissent un excellent travail et les fournisseurs de données publient de plus en plus de données qualitatives en matière de durabilité (ESG)”, complète Charles Symons, Head of Sales iShares & Wealth Belgium & Luxemburg chez BlackRock. “Nous avons également développé plusieurs outils en interne chez BlackRock.” Résultat? Il existe désormais suffisamment d’éléments pour émettre des variantes ESG solides des fonds indiciels les plus courants.

Mythe n° 2: L’investissement durable est trop compliqué pour des produits indiciels, qui nécessitent une gestion active

“Quelle que soit la stratégie que choisit l’investisseur sur la voie de la durabilité, nos portefeuilles sont toujours constitués d’éléments sélectionnés selon une méthodologie claire”, répond Charles Symons. Étant donné le grand nombre de produits pour lesquels des données de durabilité et de qualité sont désormais disponibles, BlackRock peut proposer un très large éventail d’instruments durables, comprenant à la fois des fonds à gestion active et des fonds indiciels.

Mythe n° 3: Les gestionnaires de fonds indiciels n’ont pas les outils nécessaires pour inciter les entreprises à se montrer plus durables

“BlackRock a le devoir de contribuer à créer une société dans laquelle il est possible de réaliser un rendement futur; or, c’est impossible sans un avenir durable”, affirme Gisele Duenas-Leiva. “Pour y parvenir, nous sommes prêts à user de notre influence au nom de nos clients, qu’il s’agisse de fonds indiciels ou de fonds à gestion active. Auparavant, BlackRock était relativement discrète dans ce domaine; aujourd’hui, nous communiquons davantage sur notre engagement.”

Charles Symons, Head of Sales iShares & Wealth Belgium & Luxemburg chez BlackRock

Concrètement, des réunions sont régulièrement organisées avec des managers, BlackRock participe aux votes durant les assemblées générales et met sur pied des partenariats avec d’autres investisseurs pour inciter les entreprises à s’engager en faveur d’une économie plus verte. “Les gestionnaires de fonds indiciels sont des investisseurs à long terme par excellence”, rappelle Charmes Symons. “Notre voix porte.”

Mythe n° 4: S’il est possible de créer des fonds indiciels durables dans les actions, les données ne sont pas suffisantes pour les obligations

Il est un peu plus complexe de réunir des données qualitatives en matière de durabilité pour les obligations que pour les actions. De nombreuses entreprises qui émettent des obligations ne sont pas cotées en Bourse et ne doivent donc pas publier de rapport annuel standardisé. “Un énorme travail a toutefois été accompli dans ce domaine, et les données de durabilité sur les obligations d’entreprise sont dorénavant suffisantes pour couvrir presque l’ensemble de l’univers obligataire”, souligne Charles Symons. “Les obligations publiques et donc l’attribution de scores de durabilité à des États nécessitent une autre méthodologie, mais celle-ci est parfaitement au point.”

Mythe n° 5: Les investisseurs paient une prime pour la durabilité

Jusqu’il y a peu, les stratégies d’investissement durables n’étaient accessibles que par le biais de fonds à gestion active ou de mandats qui devaient être suivis par des spécialistes de l’ESG. Cela impliquait des coûts plus élevés. Or, les investissements indiciels exigent moins de main-d’œuvre et coûtent donc moins cher. Les ETF durables contribuent ainsi à abaisser les coûts totaux des investissements durables.

Vous désirez en savoir plus? Écoutez ici la série de podcasts de BlackRock (Apple)

BlackRock a en outre aligné les prix de ses produits durables sur ceux des produits traditionnels. Si un équivalent durable est disponible pour un ETF, il sera toujours proposé au même prix.

Mythe n° 6: En matière de produits indiciels, la durabilité pèse sur la performance financière

Podcast | Investir dans le progrès

Les experts de BlackRock prennent la parole dans cette toute nouvelle série de podcasts. À écouter sur SpotifyApple et Google.

“Jusqu’en 2019, notre message était: pour investir durablement, vous ne devez pas renoncer à la performance – donc, pourquoi ne pas franchir le pas?”, avance Charles Symons. “Nos analyses internes montrent l’ampleur des risques climatiques et l’impact positif qu’auront les actions climatiques. Si nous ne faisons rien pour le climat, nous estimons que le PIB mondial pourrait diminuer d’un quart d’ici à 2040.”

“L’investisseur moyen n’est pas encore prêt à payer davantage pour une entreprise ‘verte’ que pour une entreprise ‘brune’. Mais les investisseurs institutionnels affirment vouloir doubler la part des investissements durables dans leur portefeuille à 37% en cinq ans. C’est une immense opportunité.” C’est pourquoi BlackRock estime que les portefeuilles durables généreront un surcroît de rendement de 7% par rapport aux portefeuilles classiques au cours des cinq prochaines années.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.