Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"La pandémie menace les océans mais l'innovation offre des solutions"

"L'épidémie mondiale du nouveau coronavirus est une catastrophe pour les océans" ©Getty Images

“L'épidémie mondiale du nouveau coronavirus est une catastrophe pour les océans”, déclare Emma Lupton, analyste au sein de la Responsible Investment Team de BMO Global Asset Management. Elle demeure néanmoins optimiste: “Les événements majeurs tels que cette pandémie conduisent souvent à des solutions.”

“Les océans risquent de compter parmi les plus grandes victimes de la propagation rapide du coronavirus”, prévient Emma Lupton. “Or, je ne saurais trop insister sur l'importance des océans. Ils couvrent 70% de la surface de la Terre, contiennent 97% de toute l'eau disponible, génèrent la moitié de l'oxygène et stockent un tiers des émissions de carbone. L'humanité a un impact énorme sur ces océans. Le changement climatique les acidifie, affecte la biodiversité, fait fondre les calottes glaciaires et monter le niveau des mers. Sans compter la forte pollution par les plastiques, les engrais, les produits chimiques et le pétrole.”

“Pourtant, 2020 promettait d'être une année charnière. De nouvelles règles sur l'utilisation du plastique devaient entrer en vigueur, les Nations unies prévoyaient une conférence spéciale, et une importante conférence sur le climat était à l'agenda. Le coronavirus en aura décidé autrement. Le déclenchement de la pandémie de Covid-19 a modifié les priorités et complètement changé notre approche.”

Matériel de protection

“Une illustration concrète de l’effet de la crise sanitaire est la flambée de l'utilisation des équipements de protection. Une grande partie de ce matériel se compose partiellement ou entièrement de plastique – pensez aux gants en latex. Dans la mesure où ces matériaux peuvent être contaminés après utilisation, ils ne peuvent être réutilisés ou recyclés. À présent, ces matériaux se retrouvent dans la mer. Si l'utilisation de ce plastique est essentielle et donc inévitable, nous pensons que les fabricants peuvent innover et prendre davantage en compte la fin du cycle de vie du produit dès le stade de la conception. Cette crise représente une chance pour ces entreprises. Une chance qui peut avoir une influence majeure sur l'avenir.”

Plastique jetable

Emma Lupton, analyste au sein de la Responsible Investment Team de BMO Global Asset Management

“Autre point sensible pour les océans: les consommateurs utilisent à nouveau davantage de plastique à usage unique. Dans certains pays, la mise en place de règles plus strictes appliquées au plastique jetable, les pailles notamment, a été reportée. Dans les supermarchés, la surtaxe pour les sacs en plastique a été suspendue. Bien que l'Organisation mondiale de la santé ait indiqué que le virus ne pouvait se propager par les aliments, il est compréhensible que les consommateurs se tournent à nouveau vers les emballages plastiques.”

“Les événements majeurs comme cette pandémie sont souvent un catalyseur pour trouver des solutions et conduire à des innovations plus rapides.”
Emma Lupton
Analyste au sein de la Responsible Investment Team de BMO Global Asset Management

“Nous assisterons probablement à un nouveau pic dans l'usage unique du plastique. Il faut espérer que ce pic ne durera que peu de temps. Heureusement, les consommateurs veulent du changement et les entreprises désirent les satisfaire sur ce point. Par exemple, la crise peut conduire à la création de matériaux d'emballage innovants qui génèrent moins de déchets tout en répondant à la demande des consommateurs en matière de sécurité.”

Quelques faits

  • Si nous ne faisons rien, d'ici à 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans.
  • Pas moins de 8 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les mers du monde chaque année.
  • On trouve 1,9 million de microplastiques par mètre carré au fond de la mer Méditerranée.
  • Dans le Nil, le plus long fleuve du monde, des microplastiques ont été trouvés dans les trois quarts des poissons. La pollution était d’ailleurs observable de la source à l'estuaire.
  • Quelque 30% de tous les poissons pêchés au Royaume-Uni contiennent des plastiques.
  • Dans les pays les moins développés, la moitié des protéines consommées par la population proviennent de l'océan.
  • La pollution étant un phénomène répandu, elle peut avoir un impact sur la santé humaine, mais cet impact n'a pas encore été suffisamment étudié.

La pollution étant un phénomène répandu, elle peut avoir un impact sur la santé humaine, mais cet impact n'a pas encore été suffisamment étudié.

Économie circulaire

“Les océans risquent également d'être victimes de la disruption provoquée par l'économie circulaire. Celle-ci nécessite en effet un flux garanti de matières premières recyclées; or, la pandémie a perturbé l'approvisionnement en produits à recycler, tels que l'aluminium et le plastique. Les lacunes de notre politique en matière de déchets, mises en évidence par la crise du coronavirus, inciteront néanmoins les gouvernements à augmenter leur capacité de recyclage. Il est donc possible que cette situation mène à des investissements qui nous permettront de progresser dans l'économie circulaire mondiale.”

“Malgré le ralentissement de la lutte contre la pollution par les plastiques, cette période difficile nous permettra ainsi de progresser. Les événements majeurs comme cette pandémie sont souvent un catalyseur pour trouver des solutions et conduire à des innovations plus rapides.”

Vous désirez en savoir plus sur l'approche de BMO en matière d'investissement responsable? Cliquez ici.

© 2020 BMO Global Asset Management. Les documents promotionnels financiers sont publiés à des fins de marketing et d’information ; au Royaume-Uni, par BMO Asset Management Limited, qui est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority ; dans l’UE, par BMO Asset Management Netherlands B.V., qui est réglementée par la Dutch Authority for the Financial Markets (AFM) ; et en Suisse par BMO Global Asset Management (Swiss) GmbH, agissant en tant que bureau de représentation de BMO Asset Management Limited, une entité autorisée par la FINMA. Les appels téléphoniques peuvent être enregistrés.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.