Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Médias du futur: l’ère des gamers et du métavers

Fusions-acquisitions à plusieurs milliards de dollars dans les jeux vidéo, mondialisation des contenus, irruption du métavers: le secteur de l’audiovisuel continue de traverser des mutations considérables, stimulées notamment par la crise sanitaire. Ces évolutions transforment profondément la manière dont les individus interagissent et se divertissent, détaillent deux experts de Capital Group.

“En janvier, en l’espace de seulement 21 jours, trois opérations de grande envergure ont été annoncées dans le secteur du jeu vidéo, qui pèse 200 milliards de dollars”, relate Jody Jonsson, gérante de portefeuille actions chez Capital Group. “Microsoft a dévoilé son intention d’acheter l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard (Call of Duty, World of Warcraft) pour un montant de 75 milliards de dollars. Take-Two Interactive a pour sa part annoncé la cession, pour 12,7 milliards, de l’éditeur de jeux mobiles Zynga (FarmVille). Et Sony s’est déclaré acquéreur de Bungie, créateur des très populaires Halo et Destiny, pour la somme de 3,6 milliards.”

“Du côté du streaming et des réseaux sociaux, la concurrence s’intensifie.”
Martin Romo
gérant de portefeuille actions chez Capital Group

L’audiovisuel progresse par disruptions successives. On l’a constaté avec l’arrivée de l’internet au début des années 2000, puis avec l’essor de YouTube, des réseaux sociaux, des smartphones et du streaming vidéo. Aujourd’hui, dans un monde où la consommation de télévision traditionnelle et la fréquentation des cinémas reculent fortement, les jeux interactifs font figure d’eldorado, dont la croissance devrait se poursuivre, voire s’accélérer. “Du côté du streaming et des réseaux sociaux, la concurrence s’intensifie”, remarque Martin Romo, gérant de portefeuille actions chez Capital Group. “Et les sociétés n’hésitent plus à sortir de leur cœur de métier d’origine. Ainsi, Netflix – leader incontesté du streaming vidéo – subit la concurrence féroce d’Amazon et d’Apple, mais aussi de sociétés historiques comme Disney, dont le service de streaming a conquis 130 millions d’abonnés en moins de trois ans. Pour les vidéos courtes, Facebook défie le chinois TikTok, champion 2021 des téléchargements d’applications, en lançant Reels.”

Squid Game et Lupin, des séries mondialisées consommées en VOST

Distancée depuis longtemps, notamment chez les jeunes, la télévision classique et les bouquets de chaînes sur le câble cèdent la place au streaming et aux événements sportifs diffusés en direct par ce biais. Production et consommation de contenus se mondialisent. Ainsi, trois des séries Netflix les plus appréciées, Squid Game, Lupin et La Casa de Papel, ont été filmées respectivement en Corée du Sud, en France et en Espagne. Et la plupart des audiences apprécient désormais les VOST (versions originales sous-titrées).

“Le métavers sera-t-il le prochain agent disruptif?”
Jody Jonsson
gérante de portefeuille actions chez Capital Group

“Le métavers sera-t-il le prochain agent disruptif?”, s’interroge Jody Jonsson. “Cet univers numérique offrant une immersion totale, où les utilisateurs interagissent à partir d’avatars et paient en cryptomonnaies, est très convoité. Outre Meta Platforms (ex-Facebook) et Activision/Microsoft, on trouve notamment les indépendants Sandbox et Decentraland. Les investisseurs ne doivent pas le négliger, son développement devrait être exponentiel. En conséquence, les besoins en matière de bande passante devraient s’envoler.”

L’ESSENTIEL

  • Le secteur audiovisuel évolue par disruptions successives
  • Les jeux vidéo connaissent une croissance considérable, tandis que le streaming supplante les autres modes de diffusion
  • Le métavers est appelé à se développer très rapidement, les investisseurs doivent s’y intéresser

Pour découvrir d’autres analyses des experts de Capital Group, cliquez ici.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.