Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Réagissez, ne faites pas l'autruche!

©Getty Images/Aurora Open

Des taux d'intérêt bas incitent souvent les investisseurs à tenter de doper leurs rendements à court terme en passant par le trading d'actions. Or, la valeur réelle d’une entreprise peut se manifester dans 10 ans ou plus… même s’il faut parfois pouvoir réagir rapidement aux conditions du marché et réévaluer certaines positions en fonction des événements.

Lorsqu'on envisage l’avenir d’une entreprise, il est très difficile de prévoir les événements des trois à six prochains mois, en particulier dans les secteurs cycliques. À l'inverse, les perspectives de long terme – avec un horizon de sept ans voire plus – sont souvent beaucoup plus aisées à définir. Heureusement, il est toujours possible d'augmenter ou de réduire ses positions à mesure que les circonstances changent et que les cours évoluent.

La futilité de la prévision

Qu'il soit inutile de tenter de prévoir les prix du pétrole, par exemple, on l’a bien compris au cours des derniers mois. “Essayer de prédire le prix de l'acier, du cuivre ou du pétrole à court terme est un jeu de dupes”, estime Martyn Hole, directeur des investissements chez Capital Group, qui rencontre régulièrement les gestionnaires de portefeuille et les analystes maison. “Je suis sûr qu'il existe des fonds spéculatifs qui pensent qu'ils peuvent y arriver. Je leur souhaite bonne chance!”

Martyn Hole, Directeur des investissements chez Capital Group

Capital Group se concentre sur les perspectives à moyen et long termes des entreprises. Lorsqu'un analyste rédige un rapport sur une entreprise, il doit établir des projections sur au moins trois ans, en examinant l'intégralité du résultat, le bilan, les flux de trésorerie, etc. Dans de nombreux cas, pour des entreprises comme Amazon, Netflix et des géants pharmaceutiques, il ne suffit pas de se concentrer sur les trois prochaines années : la valeur réelle d'une telle entreprise peut se manifester dans les 5, 10 ou même 15 prochaines années.

Se concentrer sur le court terme, dans ce cadre, signifie manquer de grandes opportunités, note Martyn Hole. “Imaginez une entreprise pharmaceutique qui propose un traitement ou un vaccin contre le Covid-19. Il ne sera pas sur le marché avant un certain temps; l'impact complet du médicament sur les revenus et les bénéfices de l'entreprise ne se fera donc pas sentir avant plusieurs années.”

Peser le pour et le contre

Dans l'expérience de Martyn Hole, si une entreprise déçoit et que ses actions chutent de manière spectaculaire, cela signale fréquemment une opportunité d'achat. “En particulier en période d'incertitude, une société peut retirer ses prévisions de ses résultats financiers, ce qui déclenche une faiblesse du cours de l'action en Bourse. Parfois, de tels cas de corrections du cours à court terme peuvent nous offrir la possibilité d'augmenter ou d'ouvrir des positions sur des sociétés qui nous paraissent solides à long terme mais pour lesquelles, dans l'immédiat, le marché a réagi très négativement à une nouvelle.”

“Essayer de prédire le prix de l'acier, du cuivre ou du pétrole à court terme est un jeu de dupes”
Martyn Hole
Directeur des investissements chez Capital Group

Ces trois à quatre dernières décennies, de nombreuses entreprises ont fait partie des portefeuilles et fonds gérés par Capital Group. Le gestionnaire n'adopte cependant pas toujours une approche de placement à long terme (“buy and hold”). “Si une action se porte bien et commence à paraître coûteuse par rapport à sa valeur à long terme, nous pouvons très bien réduire notre position. À l’inverse, si le titre a connu un trimestre décevant ou que la direction fait une déclaration que le marché n'aime pas, nous profiterons généralement de cette occasion pour augmenter son poids dans notre portefeuille. Mais si l'hypothèse de placement originale a été fortement remise en question, il peut être nécessaire de réévaluer notre position.”

Et le spécialiste de livrer un dernier conseil: “Ne pratiquez pas la politique de l'autruche dans ces circonstances. Tout en gardant à l’esprit vos objectifs d’investissement de long terme, vous pouvez modifier la proportion du portefeuille allouée à un titre en particulier, au fur et à mesure que les événements se présentent et que la situation évolue.”

Vous souhaitez en apprendre davantage? Abonnez-vous à la lettre d’information de Capital Group en cliquant ici.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.