Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Les tensions sur l'inflation et les taux nous conduisent à adapter temporairement nos portefeuilles"

Nathalie Rousseaux, Directrice du Centre de Banque Privée du Luxembourg de CBC

La reprise qui se dessine comporte des possibilités de rendement intéressantes, signale Nathalie Rousseaux chez CBC. Qui conseille à ses clients en Banque Privée de ne pas s’inquiéter des tensions sur les taux longs américains et sur l’inflation, car elles ne seront que temporaires. L’experte met aussi en garde contre la “double peine” des comptes d’épargne.

“Nous avons prévenu nos clients de Banque Privée: avec l’effet de rattrapage post-restrictions, les analystes anticipent une croissance très forte en 2021 et soutenue en 2022”, se félicite Nathalie Rousseaux, Directrice du Centre de Banque Privée du Luxembourg de CBC. “Ces prévisions provoquent quelques tensions sur les taux longs, surtout américains, et alimentent des craintes de retour de l’inflation. Pour nous, l’inquiétude n’est pas de mise à ce sujet, il s’agira de rebonds minimes et ponctuels. Pour autant, nous adaptons nos stratégies d’investissement  à ces circonstances, en limitant notre exposition aux marchés obligataires, par exemple. Et en surveillant de près les marchés d’actions, qui demeurent porteurs – mais les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, le cycle haussier prendra bien fin un jour! Le rôle du banquier privé est de garder au moins un coup d’avance.”

Pour chaque client, le Private Banking Officer de CBC détermine donc une stratégie. “Il nous faut au moins deux rendez-vous avant de formuler une proposition concrète à un nouveau client”, prévient la dirigeante. “Nous allons bien au-delà d’un simple profil de risque: nous passons en revue l’horizon de placement de la personne, ses projets de vie, ses centres d’intérêt, ses besoins de revenus, sa situation familiale et patrimoniale… Notre but est qu’elle reste en permanence dans sa zone de confort. A ce jour, environ la moitié de nos clients a opté pour l’approche déléguée qui consiste à investir dans des fonds commun de placement gérés au jour le jour par des experts de KBC Asset Management . Ces clients n’ont pas la possibilité d’intervenir dans la gestion de ces fonds qui constituent leur portefeuille mais ils bénéficient de rapport réguliers à la fréquence qu’ils souhaitent.. L’autre moitié a préféré une approche assistée, qui leur permet de bénéficier de conseils sur des opérations plus ponctuelles et garder plus étroitement la main sur la gestion de leur portefeuille. Dans tous les cas, pour leur faciliter la vie, nous sommes le single point of contact, le SPOC, pour tous les produits et services de CBC.”

Un cœur de long terme… et des “vitamines” en plus

Dans le contexte actuel, les experts de CBC ont été attentifs à l’équilibre des portefeuilles de leurs clients, dans le respect d’un principe core/satellite: “Un cœur reposant sur la vision de long terme, et des ‘périphériques’ qui agissent comme des vitamines pour doper le rendement”, selon les termes de Nathalie Rousseaux. Ainsi, les obligations, très présentes pour les profils défensifs, deviennent en ce moment moins intéressantes. Il faut donc contrebalancer cet effet par un recours judicieux aux convertibles et à des fonds qui utilisent des produits dérivés afin de protéger leur portefeuilles en atteignant des durations négatives.

“Nous adaptons nos stratégies d’investissement aux circonstances actuelles, en limitant notre exposition aux marchés obligataires, par exemple. Le rôle du banquier privé est de garder au moins un coup d’avance!”
Nathalie Rousseaux
Directrice du Centre de Banque Privée du Luxembourg de CBC

“Par ailleurs, nous sommes dans une période où nous incitons fortement nos clients à conserver le moins de liquidités possible sur leurs comptes d’épargne”, indique l’experte. “Le léger redémarrage de l’inflation, même si elle reste bien en dessous de la cible des 2% annuels fixée par la BCE, souligne encore plus à quel point la rémunération de ces produits est modique. À 0,11% l’an, alors que nous étions à 0,7% d’inflation en Belgique en 2020, votre capital semble stable mais en réalité, vous perdez du pouvoir d’achat. Si, par-dessus le marché, vous n’investissez pas, vous vous privez  de belles possibilités de gains. C’est un peu une " double peine "! Quand nous exposons cette situation à nos clients, ils comprennent assez vite l’intérêt, voire la nécessité, de ne pas laisser leurs fonds en compte épargne.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.