Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Dix ans après la crise, qu'avons-nous appris?

"Les États-Unis – à l’origine de la plupart des problèmes– sont sortis renforcés de la crise", souligne Geert Noels de Econopolis ©Doc

En 2008, le monde s’est trouvé confronté à une crise financière. Une décennie plus tard, l’économiste Geert Noels analyse pour nous la situation des marchés et tire les leçons du passé.

La crise financière mondiale de 2008 a été déclenchée par la faillite de la banque d’investissement américaine Lehman Brothers. Au même moment, l’économiste Geert Noels publiait son livre Econochoc où il décrivait comment six ondes de choc économiques allaient fondamentalement changer notre vie. Il ne pouvait pas mieux tomber en termes de timing! En outre, sa vision de l’époque est toujours d’actualité. “Ce livre reste un bon point de départ pour appréhender l’avenir”, indique-t-il.

“Si nous voulons une économie plus équilibrée, les banques centrales doivent réduire leur ingérence”
Geert Noels
Econopolis

Dans Econochoc, Geert Noels aborde en 2008 entre autres la question de la révolution ICT qui se préparait alors. La “disruption technologique” est désormais sur toutes les lèvres. Il y soulève également le problème du réchauffement de la planète, aujourd’hui plus pressant que jamais. Voici 10 ans, l’analyse de Geert Noels sur la nécessaire mise en place d’un approvisionnement énergétique décentralisé était considérée comme un beau projet théorique; mais entre-temps, cette idée a fait son chemin. Enfin, les évolutions démographiques et l’émergence de l’Est qu’il évoquait sont eux aussi devenus très actuels.

Faire ses devoirs
Si l’on étudie les 10 dernières années, il est évident pour Geert Noels qu’une formation de base en finance devrait faire partie du programme de l’enseignement secondaire. “Cela aidera les épargnants et les investisseurs – en plus de leur bon sens – à faire leurs devoirs et à examiner les produits financiers d’un œil critique.” Il constate par ailleurs que de nombreuses institutions financières sont encore plus grandes qu’avant la crise. À ses yeux, si nous voulons un avenir stable, nous ne pourrons pas faire l’économie d’une réforme du système bancaire.

“Les mouvements naturels produisent une économie plus équilibrée où les gens apprennent à mieux gérer les risques”
Geert Noels
Econopolis

Les États-Unis – à l’origine de la plupart des problèmes– sont sortis renforcés de la crise, souligne Geert Noels. “Les États-Unis sont au faîte de leur puissance économique. Leur dynamisme contraste violemment avec la rigidité de l’économie européenne. L’Europe doit travailler à une politique de relance en stimulant l’esprit d’entreprise et en réformant l’euro. Dans Econochoc, nous pouvions déjà lire que l’écu, son prédécesseur, était une devise plus forte.”

Banques centrales
Dix ans après le début de la crise, Geert Noels continue de s’interroger quant à la politique des banques centrales. “Au lieu de se montrer plus préventives, elles ont fait preuve d’une action encore plus poussée et drastique. La décision de maintenir les taux artificiellement bas apaise et pousse les marchés financiers à prendre davantage de risques que recommandé par une saine gestion.” Le spécialiste plaide donc pour moins d’ingérence de la part des banques centrales. “Les mouvements naturels produisent une économie plus équilibrée où les gens apprennent à mieux gérer les risques.”

La vision de Geert Noels sert de fondement et de fil conducteur aux stratégies de Econopolis, qui gère plusieurs fonds durables pour Crelan. Cliquez ici pour en savoir plus.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.