Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

De nouvelles perspectives de développement pour D’Ieteren

© D'Ieteren

La transition vers l’électromobilité est en marche. Reste à la soutenir en proposant un écosystème énergétique, des panneaux solaires à la borne de recharge à domicile. Avec, à l’horizon, une interaction de plus en plus fluide et intelligente avec les réseaux électriques, dévoile Nicolas Paris chez EDI.

“La voiture particulière gardera un rôle essentiel dans la mobilité de demain, mais elle sera électrique: c’est la seule technologie propre et fiable disponible à grande échelle”, assure Nicolas Paris, Managing Director d’EDI (Electric By D’Ieteren). “Nous accompagnons cette transition en l’intégrant dans un système de recharge complet. Et notre activité prolonge l’offre de D’Ieteren, qui est à l’origine d’un véritable écosystème de mobilité durable.”

Carte d’identité d’EDI
  • Une solution globale de voiture électrique intégrée dans l’écosystème de mobilité voulu par D’Ieteren
  • Premier installateur de bornes de recharge en Belgique
  • Installation de bornes de recharge à domicile ou en entreprise partout en Belgique, et de panneaux photovoltaïques et batteries domestiques (provinces de Flandre-Orientale et Anvers)
  • Consommation électrique moyenne d’un foyer: 4.000 kWh/an,
    plus 4.000 autres s’il a une voiture électrique parcourant environ
    20.000 km/an. Apport d’une toiture équipée en photovoltaïques:
    6.000 à 9.000 kWh/an

En juin dernier, EDI a ainsi acquis l’entreprise flamande Go Solar, qui installe des panneaux photovoltaïques. “Nous projetons de la faire croître. Déjà, nous proposons ces panneaux qui, sur l’année, permettent de couvrir la consommation électrique de la maison et celle de l’auto. Le tout en interagissant de la façon la plus intelligente possible avec l’ensemble du réseau. À terme, voiture et maison ‘dialogueront’ avec le réseau afin d’adapter la consommation d’électricité en fonction du niveau de production.”

Passer à la voiture électrique nous pousse aussi à accélérer la production d’énergie décarbonée à domicile ou dans les entreprises. Avec les panneaux photovoltaïques, l’automobiliste utilise des électrons “propres” pour recharger son véhicule. Si nécessaire, par exemple pour les longs trajets, il peut recourir aux bornes publiques et à celles disponibles chez son employeur ou dans les grandes surfaces.  

Panneaux photovoltaïques amortis en quatre ans

“L’installation des panneaux revient entre 5.000 et 10.000 euros, avec des garanties des constructeurs s’étendant sur 20 voire 40 ans, et une certification par un organisme agréé”, reprend Nicolas Paris. “Aux prix actuels de l’énergie, ces équipements sont amortis en quatre à cinq ans. C’est un peu comme si vous payiez en une fois votre facture d’électricité de plusieurs années.”

“Pour charger la batterie de la voiture, comptez cinq secondes le soir et cinq autres le matin!”

Nicolas Paris
Managin Director d'EDI

Quant à la question du temps de charge, le spécialiste y répond en souriant: “Comptez cinq secondes le soir et cinq autres le matin! Il s’agit juste de brancher et débrancher, le système calibre la puissance et la vitesse de recharge en fonction de la consommation de la maison à chaque instant.” EDI fournit une expérience aussi fluide que celle de la carte essence, en centralisant toutes les dépenses liées à la recharge, qu’elle ait lieu à domicile ou sur des bornes publiques.

“À peu près tous les automobilistes qui sont passés à l’électrique ne veulent pas revenir en arrière”, assure Nicolas Paris. “Beaucoup plus confortables, car moins bruyantes et provoquant bien moins de vibrations, les voitures électriques apportent une excellente expérience de conduite. Et la fiscalité va leur être de plus en plus favorable, au fil de l’entrée en vigueur de la réforme Van Peteghem.”

Retrouvez les solutions d’EDI sur le stand D’Ieteren au Salon de l’auto, du 14 au 22 janvier 2023 à Brussels Expo.

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.