Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Les Belges désirent une mobilité fluide et durable"

Pour prendre la mesure de l’impact de la crise sanitaire sur la mobilité et son avenir, la société D’Ieteren a lancé une vaste enquête, Polaris, début 2021. Ses conclusions, riches d’enseignements, sont parfois surprenantes.

“Les deux années écoulées ont vu des bouleversements majeurs, notamment en matière de mobilité", indique José Fernandez, Chief Customer Experience & Marketing Officer de D’Ieteren. “Il nous paraissait essentiel d’en évaluer l’ampleur, ainsi que les modifications des projections de tous les acteurs, afin d’ajuster, si besoin, notre stratégie.”

Plus de fluidité et de durabilité  

L’enquête, menée en partenariat avec Profacts et Deloitte, a porté autant sur les usages professionnels que privés. Elle a pris cinq mois et inclus 17 entretiens approfondis avec des experts, huit focus groups et trois séries de questionnaires qualitatifs et quantitatifs auprès de près de 4.000 consommateurs et de 500 entreprises.

José Fernandez, Chief Customer Experience & Marketing Officer de D’Ieteren

“Nous avons décidé d’en partager les enseignements car ils sont d’intérêt public et qu’ils peuvent alimenter une réflexion large sur la mobilité”, reprend le manager. “Il en ressort que les usagers demandent plus de fluidité et de durabilité: tous les Belges se préoccupent des embouteillages et des émissions de CO2 et de particules. Or, 23% des émissions de CO2 en Europe proviennent du transport.”

”À l’échelle du pays, un employé sur deux télétravaille au moins une journée par semaine! Les autres déplacements fonctionnels – courses, loisirs – sont également en baisse. Structurellement, le nombre de trajets est donc appelé à diminuer, de l’ordre de 6% d’ici à 2030. A cette échéance, la voiture représentera encore la majorité des trajets, précisément 56%. Mais elle sera plus respectueuse de l’environnement et durable: les deux tiers des véhicules neufs vendus en 2030 seront électriques ou hybrides.”

Les Belges préfèrent toujours posséder leur véhicule

La part du vélo continuera de progresser, de 10-11% aujourd’hui à 15% dans neuf ans. Deux tiers des vélos seront électriques. “Les flottes d’entreprise – 700.000 véhicules de société sur les 5,8 millions que compte notre pays – sont un moteur majeur de la transition vers l’’électrification du parc automobile belge”, reprend José Fernandez.

Le car-bashing n’a pas de sens, les voitures électriques et autonomes s’intégreront dans la mobilité de demain.
José Fernandez
Chief Customer Experience & Marketing Officer de D’Ieteren

“Cette tendance va s’accentuer, car les employeurs sont conscients des avantages économiques, écologiques, fiscaux et d’image que cela procure. Nous leur proposons de plus en plus de solutions ‘multimodales’ intégrant voiture, vélo ou trottinette électriques, transport public et voiture partagée, par exemple.”

”En revanche, la tendance annoncée par certaines études d’une primauté de l’usage sur la détention d’un véhicule, usership vs ownership, reste modeste. Même si les offres de leasing se diversifient et se développent, les Belges tiennent encore majoritairement à posséder leur véhicule. Par ailleurs, les véhicules partagés, à l’instar de notre service Poppy à Bruxelles, Anvers et Malines, représenteront en 2030 près de 12% des trajets, surtout à destination des clients urbains de 25 à 35 ans.”

Si les Belges tiennent encore tant à leur voiture, analyse l’expert, c’est notamment à cause de l’organisation de notre territoire, qui crée un fort effet “last mile” – la dernière partie du trajet manque de souplesse.”

“Dans ces conditions, il est difficile de se passer de sa propre voiture, surtout lorsque le trajet implique un arrêt à l’école ou ailleurs”, conclut l’expert. “Tout cela montre que la tendance au ‘car-bashing’ qu’on perçoit parfois n’a pas de sens. Les voitures électriques, propres et plus sûres, notamment dotées de capteurs de détection des cyclistes, de couverture des angles morts, et bientôt autonomes, font partie des solutions aux défis de la mobilité.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.