Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"L'époque du greenwashing est définitivement révolue"

Bernard Saey, Managing Director de SAEY

Quel que soit leur secteur, les entreprises subissent de plus en plus de pression pour rendre leur fonctionnement, leur modèle d’exploitation et leur impact sociétal plus durables. Les CEO de deux Best Managed Companies évoquent de quelle façon ils se concentrent aujourd’hui sur la durabilité, les résultats obtenus et la manière dont le monde des entreprises pourrait renforcer son écosystème durable dans les années à venir. “La durabilité doit être ancrée dans la culture des entreprises.”

Changements climatiques, réglementations renforcées telles que le Green Deal européen, nouvelles exigences des investisseurs en matière de durabilité, et en particulier de climat et d’aspects sociaux et de gouvernance (les fameux critères ESG), augmentation des attentes sociétales: le besoin de durabilité au sein du monde des entreprises ne cesse de s’intensifier. “Les entreprises qui placent la durabilité au cœur de leur organisation et de leur modèle d’exploitation sont armées pour relever tous ces défis”, juge Guido Vandervorst, Industry Leader Energy, Resources & Industrial Products chez Deloitte.

Prise de conscience stratégique

Bernard Saey, Managing Director du distributeur et transformateur d’acier qui porte son nom, acquiesce. “Le secteur sidérurgique est responsable d’une partie des émissions mondiales de CO2. Nous considérons donc la durabilité comme particulièrement importante.” Son entreprise est neutre en carbone depuis 2017 et prête beaucoup d’attention à tout ce qu’elle peut faire, via ses propres activités, pour aider le secteur à devenir plus “vert”. Au cours des années à venir, la priorité consistera à intégrer la durabilité dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Les efforts des fournisseurs en matière de durabilité seront davantage encore passés au crible, en particulier leurs émissions de CO2.

La réduction de l’empreinte carbone mondiale est aussi une raison importante pour laquelle Didier Dejace, CEO de CE+T Power (spécialisée en solutions électriques innovantes B2B), mise sur la durabilité avec son entreprise. “Les microréseaux intelligents, les techniques de production d’électricité durable et une consommation énergétique plus intelligente font partie des solutions qui contribuent à réduire les émissions de CO2 au sein de notre monde en rapide évolution”, pointe-t-il.

La durabilité commence au sommet

Les actionnaires, CEO et conseils d’administration jouent un rôle-clé dans la mise en œuvre de la durabilité au sein des organisations. C’est à eux qu’il revient d’ancrer la sustainability dans la culture de leur entreprise. “C’est important car, sans leur intervention, la durabilité resterait lettre morte, alors qu’elle doit devenir partie intégrante de la stratégie de l’entreprise”, confirme Bernard Saey. “Tout commence par la conviction, la vision et le sens des responsabilités. Le reste suit automatiquement.”

Nous remarquons que la durabilité et la manière dont certaines personnes y contribuent via leur travail intéressent toutes les générations.
Bernard Saey
Managing Director de SAEY

Didier Dejace renchérit: “La durabilité au sein des entreprises commence par la direction. Elle doit être convaincue à 100% de la nécessité de consentir des efforts en matière de durabilité pour que celle-ci soit intégrée dans une stratégie sincère et fondée. Lorsque la durabilité découle des valeurs de l’entreprise, elle crée un signal fort et donne naissance à un mouvement puissant au sein de l’organisation. Les collaborateurs font alors naturellement partie du processus.”

Reporting et communication: bien plus qu’une simple vision

Si les entreprises mesurent, documentent et rendent compte de leur durabilité de manière réfléchie et chiffrée, elles se dotent d’un nouvel instrument stratégique qui leur permet de cartographier ce que leurs efforts en matière de durabilité apportent à l’organisation et à son environnement.

“Grâce à ce cadre de référence solide, elles peuvent aussi enregistrer et suivre leurs améliorations et leur évolution au fil du temps”, indique Eline Brugman, Director Climate & Energy chez Deloitte. “De cette façon, elles rendent la durabilité tangible et démontrent sa plus-value concrète.” En partageant ensuite ces résultats avec leurs parties prenantes, elles créent à nouveau une situation gagnant-gagnant.

Cela ne fonctionne qu’à une condition et non des moindres, souligne Didier Dejace: “Les entreprises doivent communiquer honnêtement sur leurs efforts en matière de durabilité. Celle-ci doit découler de leur stratégie et de leur culture.”

Elles doivent donc d’abord travailler sur la durabilité et ensuite seulement communiquer à ce sujet. “L’époque du greenwashing, où l’on présentait les résultats sous un jour meilleur que la réalité ou avant qu’ils ne soient mesurables, est définitivement révolue. Plus encore, le greenwashing est devenu contre-productif.”

Ces comptes rendus peuvent aussi inspirer d’autres entreprises. En communiquant honnêtement sur ses efforts en matière de durabilité, une entreprise peut ainsi faire office de modèle. “Cela peut servir de déclencheur ou de source d’inspiration pour d’autres entreprises qui, à leur tour, fourniront des efforts supplémentaires”, poursuit Bernard Saey. “Mais il faut rappeler qu’une entreprise doit communiquer sur ses réalisations plutôt que sur ses intentions.”

Didier Dejace, CEO de CE+T Power

Importance pour les parties prenantes

Les entreprises subissent plus que jamais la pression des parties prenantes pour qu’elles rendent compte et communiquent avec sincérité sur leurs efforts en matière de durabilité. Les banques et les investisseurs exigent des entreprises qu’elles soient plus claires dans leurs rapports et y conditionnent des possibilités de financement. Les employés sont également demandeurs.

“On dit parfois que les jeunes talents cherchent un but et un sens à leur travail, mais cela ne se limite pas à cette catégorie d’âge”, ajoute Bernard Saey. “Dans notre entreprise, nous remarquons que la durabilité et la manière dont certaines personnes y contribuent via leur travail intéressent toutes les générations. C’est probablement aussi la conséquence de la crise du coronavirus, qui a fait prendre conscience de la nécessité de rendre notre monde plus durable.”

Clients et croissance

Dans ce sens – et plus que jamais – les entreprises peuvent tirer parti de leurs efforts et de leur communication en matière de durabilité dans la guerre des talents, pour renforcer leur notoriété en tant qu’employeur et attirer de nouveaux collaborateurs. Mais la durabilité joue aussi un rôle important lorsqu’il s’agit de séduire et de convaincre des clients, tant B2B que B2C.

Une entreprise qui démontre au monde extérieur sa vision et sa stratégie en matière de durabilité se renforce.
Didier Dejace
CEO de CE+T Power

“Une entreprise qui démontre au monde extérieur sa vision et sa stratégie en matière de durabilité se renforce”, estime Didier Dejace. “Je suis convaincu que ces questions gagneront en importance dans les années à venir pour le développement et la croissance des organisations.”

“De nombreuses entreprises ont bien compris que plus on attend pour lutter contre la crise climatique, plus la facture économique sera élevée”, constate Bernard Saey.

La durabilité dans le futur

En plus de l’innovation, de la flexibilité et du modèle d’exploitation, la durabilité bien pensée deviendra un moteur de croissance important pour les entreprises. Bien entendu, le marché actuel présente de nombreux défis.

“Les autorités publiques doivent suivre, les entreprises ne peuvent s’en sortir seules”, prévient Bernard Saey. “Prenez les camions électriques, au GNL ou à l’hydrogène. Les entreprises n’investiront massivement que s’il existe dans notre pays des bornes de recharge et de ravitaillement en suffisance! Et elles ne peuvent y parvenir sans les pouvoirs publics.”

Pour s’attaquer à un problème comme celui-ci – qui relève de l’œuf et de la poule – des efforts concertés sont nécessaires. “Rendre le monde plus durable relève de la responsabilité de tout un écosystème”, conclut Didier Dejace. “Les entreprises, les pouvoirs publics, les investisseurs, les fournisseurs et les travailleurs devront collaborer plus étroitement au cours des années à venir. Je suis convaincu que nous réussirons si nous mettons en place une vision, une stratégie, un reporting et une communication adéquats.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.