Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Keyrock crée plus de liquidité sur le marché des actifs digitaux

Kevin de Patoul, cofondateur et CEO de Keyrock

À peine est-elle sortie des starting-blocks que Keyrock se fait déjà remarquer parmi les entreprises fintech les plus prometteuses. La start-up élue Rising Star par Deloitte est active sur les marchés financiers et exploite la niche des actifs digitaux. Avec un seul objectif: apporter davantage de liquidité sur les marchés.

C’était en 2017. Kevin de Patoul, cofondateur et CEO de Keyrock, se souvient de cette période où l’intérêt autour du marché des actifs digitaux montait en puissance. “Jeremy De Groodt et Juan David Mendieta, mes associés, se posaient la même question: pourquoi ce marché devient-il si populaire? La spéculation ne pouvait pas être l’unique raison de cet engouement à l’époque.” La réponse a donné naissance à Keyrock, dont l’objectif sera d’apporter la technologie nécessaire pour fournir plus rapidement des liquidités à ses clients, les plateformes d’ échange de monnaie virtuelle et les émetteurs de celles-ci.

Keyrock

Deloitte's Technology Fast 50 - Rising Star

Focus B2B et besoin de régulation

Dès le départ, la stratégie Keyrock a été très claire: les produits de la start-up ne s’adressent qu’à une clientèle professionnelle, et elle demeure active à 100% sur les actifs digitaux, une niche non régulée. “Un réel défi dans un paysage où chaque jour apporte son lot de nouveautés mais où le cadre réglementaire reste à créer”, souligne Kevin de Patoul. “Même si nous travaillons un maximum pour l’avancée de ce volet réglementaire, afin de définir un cadre clair et sûr pour tous, la responsabilité revient aux régulateurs. Nous notons de belles avancées en la matière pour la Belgique; néanmoins, cela prendra encore du temps.”

Le régulateur belge avance bien sur la question des actifs digitaux mais cela prend du temps.
Kevin de Patoul
cofondateur et CEO de Keyrock

Concurrence et “scalability”

Si Keyrock n’est pas seule sur le marché mondial, les trois associés tiennent à se différencier par leur adaptabilité: “Nous bénéficions d’une grande capacité de mise à l’échelle grâce à notre technologie qui peut aussi bien desservir 50 clients que 5.000.” Avec toujours la même finalité: faciliter et démocratiser la rencontre des acheteurs et des vendeurs.

Le CEO de Keyrock fait malgré tout preuve de modestie, préférant parler d’un succès “très relatif” dans le cadre d’une jeune entreprise en formation. “Rien n’est acquis. Ceci dit, nous avons déjà prouvé l’essentiel: notre produit répond à une vraie demande. Le message est d’oser prendre des risques même si rien ne se passe jamais comme prévu. Car les opportunités ne manquent pas.”

Cap sur 2020

Stratégiquement, la vision de la start-up est sans ambiguïté: “2020 signifie pour nous un cap de croissance à tenir, en considérant notamment des sources externes d’investissement et l’onboarding de nouveaux talents pour compléter notre équipe de 18 collaborateurs”, pointe Kevin de Patoul. “Côté opérationnel, nous déménageons vers nos propres bureaux dès le mois de février. Encore une belle étape en vue.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.