Publicité

“La digitalisation est à un point d’inflexion après deux années de télétravail”

Olivier Cuyvers, Teamleader Business Development chez Easi (© Marco Mertens)

Le coronavirus a accéléré la digitalisation des entreprises. Alors que la pandémie semble avoir tiré sa révérence, les voilà confrontées à un nouveau dilemme: investir davantage dans un environnement de travail numérique, patienter un peu ou revenir à la situation d’avant la pandémie ?

“D’une manière ou d’une autre, les entreprises doivent remettre en question leur façon de travailler, car elles se retrouvent aujourd’hui à un point d'inflexion”, déclare Olivier Cuyvers, Teamleader Business Development chez Easi, spécialisée dans les solutions de cloud, de sécurité et de logiciels.

Si le phénomène n’est pas nouveau, plusieurs événements survenus dans le monde amènent désormais ces points d’inflexion à se succéder plus rapidement et à s'intensifier.

“Pensez à la guerre des talents, à l'évolution de l'économie mondiale sur fond de raréfaction des matières premières, à la hausse des prix de l'énergie, à l'inflation, à la perturbation des chaînes logistiques et aux problèmes liés à la réduction du télétravail”, illustre Olivier Cuyvers.

Frein sur les investissements

Tous ces facteurs se traduisent par un alourdissement des structures de coûts des entreprises et par une pression sur les marges bénéficiaires. “On peut comprendre que, dans ce contexte, de nombreuses entreprises ne souhaitent pas réaliser d’investissements supplémentaires”, estime Olivier Cuyvers. “C'est un véritable défi de maintenir un avion dans les airs tout en changeant le moteur.”

En outre, selon Easi, certaines entreprises craignent que ces nouvelles évolutions entraînent une érosion de la productivité ou une baisse de motivation des employés.

Pas plus de digitalisation, donc? “Si, bien sûr. Cependant, il est crucial de maintenir le train de la digitalisation sur les rails et de garder le contrôle.”

Cartographer pour mieux digitaliser

Les entreprises qui optent pleinement pour la poursuite de leur digitalisation ne doivent pas aller trop vite en besogne, prévient encore Olivier Cuyvers. “Elles doivent d'abord cartographier clairement leurs processus opérationnels. Elles pourront alors comprendre de quelle façon – et dans quel ordre – renforcer la digitalisation et l’automatisation de leurs processus.”

Il est tout à fait possible de réaliser des quick wins, notamment au travers de l'optimisation des outils de collaboration et de communication entre les employés. Mais ces mesures doivent s'inscrire dans un plan stratégique structurel, juge l’expert.

© Marco Mertens

Les entreprises doivent impliquer l'ensemble de leur personnel dans leur processus de changement.”
Olivier Cuyvers
Teamleader Business Development chez Easi

Remise en question permanente

“Les entreprises doivent impliquer l'ensemble de leur personnel dans le processus de changement, puisqu'il en est partie intégrante”, reprend Olivier Cuyvers.

Le processus de digitalisation et de changement sera – et c’est impératif – remis constamment en question. Dans ce cadre, les entreprises devront développer une culture où chacun a la possibilité et la liberté de le faire.

“Le changement et la participation doivent être inscrits dans l'ADN de l'entreprise”, conclut Olivier Cuyvers. “Tant dans les processus et groupes de travail que dans les rangs du personnel. Ce n'est qu'à cette condition que la digitalisation, l'automatisation et le changement auront les meilleures chances de succès.”

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés