Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Elia planche sur une première multiprise en mer

©Elia

D’ici à 2020, quelque 10% de la production d’électricité belge proviendra de parcs éoliens en mer. Avec le projet MOG, la première “multiprise marine”, Elia franchira bientôt une étape importante dans l’intégration de l’énergie renouvelable sur le réseau électrique belge.

Notre pays compte six parcs éoliens en mer; trois autres viendront bientôt s’y ajouter. Pour transporter cette énergie de la mer vers le réseau haute tension sur la terre ferme, Elia a prévu de nombreux investissements au cours des années à venir. Parmi les réalisations les plus étonnantes, on peut citer le projet MOG, abréviation de Modular Offshore Grid (réseau modulaire offshore).

“Les premiers parcs éoliens en mer étaient directement reliés au continent par un réseau de câbles”, indique Tom Pietercil, Project Manager pour le MOG. “Aujourd’hui, nous mettons la dernière main à un raccordement plus efficace. Le projet MOG, qui représente un investissement d’un peu moins de 400 millions d’euros, est une plateforme de commutation qui nous permettra de raccorder très efficacement les quatre parcs éoliens les plus récents via une ‘multiprise marine’. À terme, nous prévoyons l’installation de deux à trois plateformes MOG supplémentaires auxquelles nous pourrons raccorder les nouveaux parcs éoliens.”

“Les nouveaux parcs éoliens seront de plus en plus éloignés des côtes. Cela accroît l’importance de liaisons par câbles efficaces.”
Tom Pietercil
Project Manager pour le MOG chez Elia

“Une telle plateforme de commutation est un concept totalement neuf, en cours d’expérimentation aux Pays-Bas. À terme, les nouveaux parcs éoliens seront de plus en plus éloignés des côtes. Il faudra donc une liaison par câble avec le continent la plus efficace possible, avec un minimum d’impact sur l’environnement. Et la transformation de l’électricité dans ces nouvelles plateformes de commutation en mer ne fera que gagner en importance.”

L’énergie renouvelable s’avère cruciale dans la transition climatique. Et l’énergie éolienne offshore prend en charge une part considérable de la production d’énergie renouvelable. “D’ici à 2020, lorsque nous aurons raccordé tous les parcs à notre réseau haute tension, nous atteindrons une capacité de production offshore totale de 2,3 GW. Ajoutez-y les parcs éoliens encore en construction, et nous dépasserons sans doute les 4 GW. Or, le pic de consommation dans notre pays fluctue autour de 14 GW. Cela révèle la dimension cruciale de l’énergie éolienne offshore.”

Ventilus

Acheminer l’électricité produite en mer vers la terre ferme, et ce, de la manière la plus efficace et respectueuse de l’environnement possible, c’est une chose; transférer ensuite cette électricité sur le réseau haute tension belge en est une autre. C’est pourquoi Elia compte investir un demi-milliard d’euros dans le projet Ventilus en Flandre-Occidentale.

“Ce projet inclut une nouvelle ligne à haute tension très performante de plus de 80 kilomètres de long, indispensable pour accroître notre capacité offshore”, précise Steven Van Muylder, responsable du projet Ventilus chez Elia. “Actuellement, notre réseau ouest-flandrien n’est pas suffisamment robuste pour transporter sur la terre ferme l’électricité produite en mer du Nord. Le renforcement de notre réseau exige un plan d’exécution spatiale et de nombreux permis. Une consultation publique est en cours pour les tracés à l’étude. La région se fait fort de nous accorder le permis avant la fin de 2022. Nous espérons boucler le projet d’ici à 2025.”

©Elia

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.