Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Les entreprises ont beaucoup à gagner à une collaboration transfrontalière"

©Belga

Un réseau électrique européen performant et intégré revêt une importance inestimable pour les entreprises. “D’abord d’un point de vue opérationnel et stratégique, mais aussi dans l’optique d’une transition énergétique durable”, estime Marc Van Breda (BASF Anvers).

Pour une grande entreprise comme BASF, l’importance de projets d’énergie transfrontaliers innovants comme Brabo et Nemo ne saurait être sous-estimée, confie Marc Van Breda, Vice President Health, Safety, Environment & Energy Policy au sein du géant de la chimie BASF à Anvers. “Non seulement pour la sécurité d’approvisionnement, mais aussi dans l’optique d’une transition énergétique durable. Dans une entreprise comme BASF, les installations tournent jour et nuit. La sécurité d’approvisionnement est donc une nécessité absolue. Lorsqu’on évoque la sortie du nucléaire, nous voulons des garanties qu’il sera possible à tout moment d’injecter de l’électricité supplémentaire sur le réseau pour garantir l’approvisionnement. Simultanément, un réseau stable est un critère majeur et un atout dans la concurrence avec d’autres sites quand nous négocions de nouveaux investissements.”

À un peu plus long terme, la montée en puissance de la transition énergétique posera la question de sa soutenabilité financière. “Cela devient un dossier européen et nous en sommes très heureux”, pointe Marc Van Breda. “BASF Anvers doit notamment sa croissance au Verbund, un réseau intégré qui suscite la rencontre des consommateurs et des producteurs d’énergie sur notre site. Nous connaissons donc parfaitement les avantages d’une telle intégration approfondie qui autorise l’échange des excédents de chaleur, de gaz industriels et d’électricité. À terme, c’est la perspective que peut nous offrir une transition énergétique européenne.”

“C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’effectuer les bons investissements dès aujourd’hui. C’est d’ailleurs ce que fait une entreprise comme BASF, et cela illustre l’intérêt que nous accordons à cette transition énergétique. BASF investit quelque 2 milliards d’euros par an en recherche et développement, dont une grande part est consacrée à l’efficacité climatique et énergétique. Cela va des nouveaux matériaux pour les éoliennes du futur à des matériaux d’isolation ou de batterie innovants.”

Centre de connaissances

Un réseau énergétique européen intégré et global réunira beaucoup plus d’acteurs que les centrales électriques classiques. “C’est précisément à ce niveau que se situe le défi pour les opérateurs de réseau, juge Marc Van Breda. Ils doivent créer le cadre adéquat pour un système extrêmement complexe afin que nous puissions prendre les bonnes décisions au bon moment. En Europe, Elia compte indiscutablement parmi les gestionnaires de réseau de pointe, notamment grâce à son partenariat avec le gestionnaire de réseau allemand 50Hertz. L’entreprise a accumulé, ces dernières années, une expérience considérable du point de vue de l’expertise technique et de la gestion du changement. Je m’attends par conséquent à ce qu’elle joue un rôle de pionnier dans l’intégration du réseau énergétique européen.”

Marc Van Breda voit également un avenir, dans notre pays, pour un véritable centre de connaissances sur la transition énergétique qui réunirait tous les experts en la matière. “Chaque pays choisit sa propre trajectoire pour cette transition. Celle-ci rassemble de très nombreux acteurs, et il est possible de suivre des courbes d’apprentissage légèrement différentes. Un tel centre de connaissances pourrait réunir toute cette expertise, mais aussi apporter des informations concernant le coût de certaines décisions. Elia peut, dans ce contexte, remplir une mission de coordinateur.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.