Les grands jalons de l'industrie chimique et pharmaceutique belge

©shutterstock

L’industrie belge de la chimie et des sciences de la vie est le fruit d’une longue et riche histoire. Recherche scientifique et inventions technologiques y ont joué un rôle-clé. Un esprit d’innovation aux dimensions internationales.


Soude circulaire

Si la soude a toujours été un ingrédient indispen­sable dans la chimie, sa production par le biais du procédé Leblanc traditionnel se révélait très pol­luante. Le Belge Ernest Solvay a changé la donne en 1861. Il a lancé un nouveau processus de fabrication et trouvé une manière de réutiliser tous les produits secondaires générés par ce processus. C’est l’un des premiers exemples de méthode de production industrielle circulaire. Solvay est rapidement devenu un acteur d’envergure mondiale dans la chimie et incarne depuis des années le leader belge des demandes de brevets.


La chimie de la photo et du film


La photographie a longtemps été un loisir ré­servé aux plus riches. Jusqu’à ce que, après d’innombrables expérimentations, Lieven Gevaert eût inventé une méthode fiable de fabrication de papier photo de qualité. Il a inauguré son usine de Mortsel en 1905 et ne cessera d’innover par la suite: rouleaux de film, film pour radiographie, film de ci­néma avec bande-son... Sa fusion avec l’entreprise allemande Agfa dans les années 60 a fait d’Agfa-Gevaert l’un des leaders mondiaux de la chimie des surfaces fines. Du papier photo traditionnel à l’imagerie numérique dans les hôpitaux, les films pour panneaux solaires et les matériaux de haute technologie pour écrans de smartphone.


Le premier plastique

Avec le Velox, le Gantois Leo Baekeland a imaginé un papier photo à même d’être développé à la lumière artificielle, une invention qu’il vendra au prix fort à Eastman Kodak. Au lieu de vivre de ses rentes, il a continué d’expérimenter. Aux États-Unis, il a breveté en 1907 la bakélite, le premier plastique à part entière. Cet excellent substitut aux matières premières naturelles a rendu abordables de nombreux objets de la vie courante. La bakélite res­tera le plastique plus utilisé au monde jusqu’à la fin des années 50. Leo Baekeland est le seul Belge à figurer dans la liste des 100 personnalités les plus importantes du XXe siècle établie par le magazine américain Time.   


Des médicaments essentiels imaginés en Campine

La boîte de premiers secours des astronautes qui ont marché sur la Lune contenait un médicament belge contre la diarrhée. C’était le premier médicament à succès du docteur Paul Janssen, le fondateur de Janssen Pharmaceutica. De nouveaux médicaments ne cesseront d’être développés en Campine par la suite, dont six figurent sur la liste des “médicaments essentiels” de l’Organisation mondiale de la santé. Et ce, grâce à des recherches constantes de nouvelles molécules destinées à améliorer les soins de santé, conformément au credo de Paul Janssen: “Les patients attendent”. 


Le père des biotechnologies belges

Transplanter un fragment d’ADN pour doter des plantes de propriétés positives, comme une meilleure résistance aux insectes ou aux maladies, à la sécheresse ou à l’humidité: l’Université de Gand est le berceau de la biotechnologie végétale contemporaine. En compagnie de Jozef Schell, Marc Van Montagu y a posé les bases d’une technologie génétique novatrice au début des années 80. Ce qui lui vaudra d’ailleurs le World Food Prize, un prix Nobel alternatif décerné à ceux qui ont apporté une contribution particulière à l’amélioration de l’agriculture et de la production alimentaire. La Belgique est désormais l’un des leaders mondiaux dans les biotechnologies, surtout dans le domaine de la santé.


La chimie dans le médicament

Comme son nom l’indique, l’Union Chimique Belge (UCB) était une entreprise chimique traditionnelle à la fin des années 20. Seule une petite filiale – Meurice à Forest – était active dans les médicaments. À partir des années 70, UCB se recentre progressivement sur les produits à plus forte valeur ajoutée à partir d’un nouveau site à Braine-l’Alleud. Au cours des décennies suivantes, la division Recherche sera à l’ori­gine de plusieurs blockbusters – des médicaments dont les ventes mondiales dépassent le milliard de dollars – en particulier dans la lutte contre l’épilepsie, l’allergie et le rhumatisme. Ou comment réussir sa transformation de la chimie à la biopharmacie.


La capitale mondiale des vaccins

Plus de 2,5 millions de vaccins par jour pour des patients de 170 pays: l’un des plus vastes sites de production de vaccins au monde se trouve dans le Brabant wallon. C’est le résultat d’un partenariat audacieux entre un recteur flamand de la KU Leuven et un prix Nobel wallon de médecine. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Pieter De Somer et Chris­tian De Duve ont fondé l’entreprise R.I.T. (Recherche et Industrie Thérapeutiques) à Rixensart afin de produire de la pénicilline. Premier antibiotique au monde, ce médicament sauvera de nombreuses vies. Le vaccin contre la polio suivra dans les années 60. Après plusieurs acquisitions, R.I.T. deviendra GSK (GlaxoSmithKline) en 2000.


De la crise de l’énergie à la protection de l’environnement

Au début des années 70, l’industrie chimique était confrontée à deux défis majeurs. La crise pétrolière de 1973 et le rapport du Club de Rome un an plus tôt l’ont contrainte à repenser radicalement les processus de production de manière à les rendre plus du­rables. Il fallait à la fois “faire plus avec moins” et trouver un équilibre entre l’écologie et l’économie. Ces réfle­xions déboucheront sur des dispositifs très

efficaces de récupération d’énergie et de chaleur, les premières instal­lations d’épuration des eaux, l’abandon progressif des CFC et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Une quête d’innovation qui se poursuit sans discontinuer depuis plus de 40 ans.


Le lien entre la science et l’industrie

Les Congrès Solvay comptent parmi les conférences scientifiques les plus fameuses de la physique et de la chimie. De nombreux prix Nobel y ont participé. Le premier Congrès consacré à la chimie est organisé à Bruxelles en 1922. Cette initiative d’Ernest Solvay avait pour but d’encourager le développement des connaissances et de la recherche scientifique dans la chimie. On peut y voir un avant-goût du rôle de pionnier que jouera la chimie dans la création du Fonds de la recherche scientifique à la fin des années 20. C’est toujours un lieu d’étroite collaboration entre l’industrie et le monde de la recherche.


Faire le tour du monde grâce à l’énergie solaire

Le tour du monde sans une goutte de carburant: c’est le défi qu’a relevé l’avion solaire révolutionnaire Solar Impulse, en partie grâce à la technologie chimique belge. Solvay, notamment, a développé 6.000 pièces,

entre autres pour les batteries et cellules solaires. La fenêtre du cockpit, composée de polycarbonate ultra-­léger et résistant, a été fabriquée par Covestro à Tielt. Un parfait exemple de la chimie durable du futur! Le prochain défi? Convertir le CO2 en combustible et en matière première.


De la couleur à la peinture

La chimie donne littéralement des couleurs à la vie. Jusqu’à la moitié du XIXe siècle, toutes les couleurs étaient fabriquées à partir de pigments naturels provenant de plantes, de coquillages et d’insectes. L’invention des colorants synthétiques a constitué ainsi une percée cruciale. C’était d’ailleurs l’une des premières applications notables de la chimie industrielle. En Belgique, le cœur de l’industrie de la peinture se trouve à Vilvorde. Gustave Levis a fourni la peinture des premiers wagons des chemins de fer belges.

“Des hommes et des molécules”

Vous désirez en savoir plus? Dans Des hommes & des molécules, un ouvrage de référence sur un siècle d’industrie chimique et pharmaceutique en Belgique, Kenneth Bertrams, professeur d’histoire économique à l’ULB, et Geerdt Magiels, biologiste et philo­sophe des sciences, retracent en 240 pages richement illustrées l’histoire passionnante du développement industriel de la chimie, des plastiques, de l’industrie pharmaceutique et des biotechnologies dans notre pays. L’ouvrage est édité chez Mardaga à l’occasion du 100e anniversaire de la fédération sectorielle essenscia.