Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Le premier vaccin contre la malaria, un exploit belge

An Vermeersch: “Ce vaccin est le fruit de plus de 30 ans de persévérance et de travail acharné.” © Studio (© Studio Dann)

En Afrique, un enfant meurt chaque minute de la malaria. Mosquirix, le premier – et unique – vaccin contre la malaria au monde, est en train de changer la donne. Ce vaccin innovant est le fruit de plus de 30 ans de recherche et développement en Belgique par le géant biopharmaceutique GSK.

En tant que vecteur d’une grande variété de virus et de parasites, le moustique est de loin l’animal le plus mortel dans le monde. En particulier dans les régions tropicales, cet insecte est responsable chaque année de centaines de milliers de décès dus à la malaria. Le parasite transmis change de forme dans le corps humain en fonction des étapes de son cycle de vie. Par conséquent, il échappe facilement à notre système immunitaire. Ce qui a rendu particulièrement difficile le développement d’un vaccin.

“Ce n’est plus un obstacle aujourd’hui”, déclare An Vermeersch, bioingénieure et Head of Global Health Access chez GSK, le groupe biopharmaceutique qui a commencé à produire des antibiotiques dans les années 1950 et dont le premier vaccin ciblait la polio. “Après plus de 30 ans de recherche, nous avons enfin, avec nos partenaires – dont les universités belges ULB et UGent –, réussi à concevoir le premier vaccin contre la malaria au monde. Le résultat, Mosquirix, est une innovation révolutionnaire.”

Publicité

La première étape importante fut franchie par GSK dans les années 1990 avec la combinaison de deux antigènes. “Le couplage d’une protéine du parasite de la malaria avec une protéine également utilisée dans le vaccin contre l’hépatite B crée une molécule antigénique similaire à un virus”, détaille An Vermeersch. “Celle-ci est capable de provoquer une forte réponse de notre système immunitaire.”

“Pendant la phase-pilote, nous avons constaté un recul considérable du nombre d’hospitalisations et de décès”

An Vermeersch
Head of Global Health Access chez GSK

Une preuve de concept a suivi, qui a conclu que six volontaires sur sept ayant reçu un vaccin expérimental étaient totalement protégés contre l’infection par le parasite de la malaria. Dans cette étude, trois vaccins différents ont été testés à la fois pour la réponse des anticorps et la réponse immunitaire cellulaire. “Nous avons alors découvert qu’une substance très active, un adjuvant, pouvait activer les deux mécanismes de défense de notre système immunitaire contre la malaria en combinaison avec une molécule antigénique. Depuis, cet adjuvant a servi de base au développement d’autres vaccins.”

Le Mosquirix, entièrement développé et désormais produit sur le site de GSK à Rixensart (Brabant wallon), a depuis été approuvé par l’Organisation mondiale de la santé, qui le recommande aussi comme médicament efficace contre la malaria. En effet, au cours de sa phase-pilote au Ghana, au Kenya et au Malawi, une réduction significative du nombre de cas graves de malaria, d’hospitalisations et de décès dus à cette maladie infectieuse a été enregistrée. GSK le propose comme un vaccin à but non lucratif, ne facturant que le coût de production.

“Ce vaccin représente une avancée scientifique majeure, fruit de plus de 30 ans de persévérance et de travail acharné de centaines de personnes sur nos sites belges”, conclut An Vermeersch. “Il s’agit d’une première mondiale qui renforce encore la réputation internationale de la Belgique en tant que pays leader en matière de vaccins et de produits pharmaceutiques.”

3 SITES

en Belgique (Rixensart, Wavre et Gembloux), qui constituent ensemble le plus grand centre de production de vaccins au monde

9.000 COLLABORATEURS

en Belgique

70.000 COLLABORATEURS

dans le monde

Publicité

20 VACCINS

sont distribués à partir de la Belgique vers plus de 160 pays

767 MILLIONS DE DOSES DE VACCINS

ont été exportées en 2021 à partir de la Belgique

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.