Logo
Partner Content offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

L'énergie nucléaire demeure notre principale source d'énergie bas-carbone

©Shutterstock

Sans l’énergie nucléaire, il sera très difficile pour nous d’atteindre nos objectifs imposés par l’Europe en matière de climat. C’est la conclusion, entre autres, de l’Agence internationale de l’énergie. Notre approvisionnement en électricité n’est en effet garanti que par la combinaison d’énergies renouvelables et d’une forme d’énergie stable décarbonée.

Réduire les émissions du secteur du transport, mieux isoler les bâtiments et organiser différemment l’agriculture: plusieurs efforts d’envergure sont nécessaires afin d’amorcer un changement climatique. Ceci dit, la cause principale des émissions de CO2 demeure la production d’électricité.

Selon Eurostat, pas moins de 60% de toutes les émissions de gaz à effet de serre au sein de l’Union européenne proviennent du secteur énergétique. Pour concrétiser les objectifs climatiques, si l’on en croit l’Intergovernmental Panel on Climate Change (l’IPCC, l’organe des Nations unies chargé de la problématique du climat), 80% de l’électricité au niveau mondial devront être décarbonés d’ici 35 ans, contre 30% aujourd’hui.

Des chiffres comparables

Le choix du mix électrique demeure donc déterminant dans la réalisation de nos objectifs climatiques. Or, pour atteindre l’objectif de réduction des émissions de CO2, l’énergie nucléaire est essentielle. L’IPCC a en effet calculé que les renouvelables et le nucléaire produisaient des émissions comparables de dioxyde de carbone, très peu.

Pour concrétiser les objectifs climatiques, si l’on en croit l’Intergovernmental Panel on Climate Change, 80% de l’électricité au niveau mondial devrait être décarbonée d’ici à 35 ans, contre 30% aujourd’hui

En observant le cycle de vie complet d’une centrale nucléaire – comprenant l’exploitation des matières premières, le transport, la construction et le démantèlement des centrales, ainsi que le stockage des déchets – on se rend compte que les émissions de CO2 de l’énergie nucléaire sont identiques à celles des énergies renouvelables. Plus précisément, les émissions de CO2 sont de 11 grammes par kilowattheure pour les parcs éoliens, 12 g/kWh pour les centrales nucléaires et 27 g/kWh pour les panneaux solaires.

Sans l’énergie nucléaire, nos émissions de CO2 augmentent 

Ces résultats étonnants le prouvent: l’énergie nucléaire en tant que source d’énergie bas-carbone peut continuer d’être sollicitée à grande échelle afin de parvenir à une décarbonisation rapide. Particulièrement en Belgique. Avec une part de 90% dans notre mix électrique décarbonée, l’énergie nucléaire est notre principale arme dans nos défis climatiques.

C'est un fait, les énergies renouvelables ne constituent pas une solution unique pour la production d’électricité bas-carbone. L’Allemagne en offre la meilleure démonstration. Malgré le déploiement massif des sources d’énergie renouvelables, les émissions de CO2 du pays sont 10 fois plus élevées que celles de la France. En cause? Les combustibles fossiles ont pris la place de l’énergie nucléaire et assurent la production électrique lorsque le soleil et le vent ne suffisent pas.

Conclusion

Dans notre pays, seul le maintien des centrales nucléaires nous permettra de réduire les émissions de CO2 dans une mesure suffisante pour atteindre nos objectifs liés au climat à l’horizon 2050. C’est la raison pour laquelle l’IPCC plaide en faveur de l’accroissement des investissements dans les énergies renouvelables combinées à l’énergie nucléaire au cours des années à venir.

Vous trouverez plus d’informations sur le rôle de l’énergie nucléaire dans le débat climatique sur www.forumnucleaire.be

Logo
Partner Content offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.