Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Dans les coulisses de la motivation des collaborateurs

De gauche à droite: Julie de Fays, HR Business Partner chez Group S; Ilse Speliers, HR Business Partner chez Group S; Nathalie Wellemans, Senior Legal Advisor chez Group S.

Attirer les bons candidats et motiver ses collaborateurs… avec des avantages extralégaux? Oui, mais pas seulement. Entre talents en quête de sens et employeurs à la recherche de solutions miracles, l’accompagnement d’un secrétariat social peut clarifier les choses.

Donner du sens à son travail: cette quête personnelle a pris une ampleur phénoménale lors des derniers confinements. Et pèse à présent dans l’équilibre de l’offre et de la demande. “Les candidats ne recherchent plus seulement un job et un salaire: ils aspirent à la corrélation entre leurs valeurs et la raison d’être de l’entreprise”, analyse Julie de Fays, HR Business Partner chez Group S. “Cette démarche s’inscrit dans une approche de long terme avec une optique win-win.”

Les candidats ne recherchent plus seulement un job et un salaire. Ils aspirent à la corrélation entre leurs valeurs et la raison d’être de l’entreprise.
Julie de Fays
HR Business Partner chez Group S

Stabilité, mobilité interne et autonomie

D’un point de vue plus organisationnel, la tendance se confirme: “Les collaborateurs aspirent à un excellent équilibre entre vie privée et vie professionnelle”, pointe Ilse Speliers, HR Business Partner chez Group S. “L’employeur doit donc rechercher le candidat qui considérera son job non comme une nécessité mais comme une passion.” Sans oublier que stabilité, mobilité interne et autonomie font toujours partie des critères des candidats et des collaborateurs.

Au-delà de ces nouveaux leviers de motivation, les avantages extralégaux gardent la cote. “L’objectif est d’optimiser le salaire net en préservant l’employeur d’un brut plus élevé”, souligne Nathalie Wellemans, Senior Legal Advisor chez Group S. “Il existe de nombreux mécanismes légaux qui s’appliquent plus ou moins bien à chaque situation. Notre mission est d’accompagner les employeurs vers un package salarial idéal. Nous publions éditons d’ailleurs chaque année un ouvrage qui donne un aperçu clair et détaillé des rémunérations alternatives.”

Les grands classiques

Oui, la voiture de société occupe toujours une place importante en Belgique. Elle évolue désormais au côté du budget mobilité afin d’autoriser un mix plus durable avec les transports publics et le vélo, par exemple. Parmi les “grands classiques”, Nathalie Wellemans cite également les chèques-repas, les éco-chèques et les warrants. “Ils forment une base solide et toujours aussi prisée, même si nous constatons que les employeurs redécouvrent des rémunérations alternatives, telles que les avantages non récurrents liés aux résultats, la prime bénéficiaire et l’intervention dans une épargne-pension individuelle.”

Notre mission est d’accompagner les employeurs vers un package salarial idéal.
Nathalie Wellemans
Senior Legal Advisor chez Group S

Octroyer un bonus en fonction d’objectifs collectifs? Ce mécanisme, baptisé “avantages non récurrents liés aux résultats”, est encore mieux connu sous le nom de “CCT 90”. “Il fait partie du Top 3 des avantages mis en place par nos clients”, indique l’experte juridique. “Et c’est logique, car ce bonus est totalement exonéré de précompte professionnel tant que le plafond fixé n’est pas dépassé. Au niveau social, les cotisations patronales sont moins importantes que pour une rémunération ordinaire.”

La prime bénéficiaire opère quant à elle un retour en force depuis la simplification de sa procédure de mise en place. “Sur simple décision prise à la majorité des voix de l’assemblée générale, ce bonus peut être versé immédiatement à tous les collaborateurs. Cet avantage est toutefois réservé aux sociétés (il ne concerne pas les ASBL par exemple, NDLR) et possède un caractère collectif obligatoire qui peut représenter un frein.” 

Last but not least, les employeurs souhaitent de plus en plus intervenir dans l’épargne-pension individuelle. “Un mécanisme réalisable et intéressant à condition d’être lié à une assurance-groupe et que l’argent ne transite pas par le collaborateur.”

Ne pas perdre de vue l’aspect humain peut faire des miracles.
Ilse Speliers
HR Business Partner chez Group S

L’humain au centre

Lorsque la composition du package salarial est définie, le défi de la motivation n’est pas pour autant relevé. Aux yeux de Julie de Fays, une chose est certaine: “Le télétravail restera un facteur de motivation et une nouvelle ère s’annonce en la matière. La motivation est aussi stimulée par la capacité à coacher le collaborateur, à offrir les outils adéquats ou encore à s’inscrire dans un type de management collaboratif.”

“Et la solution est parfois plus simple qu’on ne le pense”, conclut Ilse Speliers. “Ne pas perdre de vue l’aspect humain peut faire des miracles.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.