Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Vaccination, motivation, vie privée: que peut-on faire – et ne pas faire – au travail en période de pandémie?

Nathalie Callens, Senior Legal Advisor chez Group S.

Comment préparer le retour au bureau de ses collaborateurs? Comment gérer des travailleurs démotivés? Un employeur peut-il obliger ses collaborateurs à se faire vacciner? L’éclairage de Nathalie Callens, Senior Legal Advisor chez Group S.

C’est la grande question du moment: comment gérer des travailleurs démotivés?

“Il n’y a pas de panacée, car les raisons de la démotivation sont différentes pour chacun et la cause profonde n’est pas toujours visible. Veillez à ce que vos managers soient bien formés et sachez identifier les signaux légers, mais significatifs. Donnez à vos travailleurs l’occasion de contacter un psychologue. En raison du télétravail et du chômage temporaire, nous observons d’ailleurs une recrudescence des problèmes d’alcool. Face à une telle dérive, il convient de réagir rapidement, mais en toute discrétion. Il faut absolument éviter qu’un travailleur démotivé tire les autres vers le bas. Une bonne discussion est indispensable. Le licenciement est la dernière option, bien sûr, même s’il s’avère parfois inévitable.”

Il faut absolument éviter qu’un travailleur démotivé tire les autres vers le bas. Une bonne discussion est indispensable.
Nathalie Callens
Senior Legal Advisor chez Group S

Nous espérons tous retrouver rapidement notre liberté. Comment préparer son organisation à un retour partiel au bureau ?

“Ceux qui peuvent télétravailler sont toujours obligés de le faire. Lorsque cette contrainte sera levée, de nombreuses entreprises autoriseront un télétravail structurel. Le cadre légal est disponible et la majeure partie des préjugés ont disparu. Pour préparer un retour dans les meilleures conditions, il faut surtout bien communiquer. Ceux qui ne communiquent pas risquent de perdre le lien avec leurs travailleurs! Les collaborateurs qui reviennent au bureau après avoir travaillé chez eux de façon prolongée auront peut-être besoin d’une période de réadaptation. En plus du télétravail, vous pouvez prévoir des horaires flottants pour certaines fonctions.”

Comment faire en sorte que les collaborateurs respectent les mesures de sécurité au bureau?

“Les entreprises qui adoptent des mesures sanitaires dans le cadre de la crise du coronavirus doivent mener une concertation sociale sur le sujet, via les organes de concertation de l’entreprise et les travailleurs. Prévoyez également un moment d’accueil, surtout pour ceux qui ont travaillé depuis leur domicile pendant un an. Faites un tour de l’entreprise avec vos collaborateurs et montrez-leur les mesures d’application. Communiquez clairement sur l’impact que peuvent avoir ces mesures de sécurité sur leur travail. Si des collaborateurs de la production doivent travailler avec un masque dans des conditions de grande chaleur, il est par exemple opportun de leur accorder des pauses un peu plus longues. Discutez-en avec le service de prévention.”

“Vous pouvez sanctionner ceux qui refusent de porter un masque. Ces sanctions peuvent aller de l’amende jusqu’à la suspension. L’an dernier, un travailleur protégé a même été licencié pour avoir systématiquement refusé de porter le masque. Souvent, il ne s’agit toutefois pas de mauvaise volonté. Discutez-en à temps, affichez les règles de sécurité le plus clairement possible et impliquez vos travailleurs. Demandez-leur s’ils souhaitent procéder autrement. Vous obtiendrez ainsi une plus large adhésion.”

L’an dernier, un travailleur protégé a été licencié pour faute grave parce qu’il refusait systématiquement de porter son masque.
Nathalie Callens
Senior Legal Advisor chez Group S

La campagne de vaccination s’accélère. Un employeur peut-il obliger ses collaborateurs à se faire vacciner?

“Non, le vaccin n’est d’ailleurs pas imposé par la loi. L’employeur n’a pas non plus le droit de demander à quelqu’un s’il est vacciné. Vous pouvez cependant motiver les collaborateurs à se faire vacciner, et inviter ceux qui doutent encore à en discuter avec le conseiller en prévention ou avec un médecin. Mais vous ne pouvez pas sanctionner un travailleur qui serait contaminé après avoir refusé de se faire vacciner. Il y aura de toute manière une attention accrue pour les collègues qui toussent et qui éternuent. Ils seront plus rapidement invités à rester chez eux.”

Quelles directives de protection de la vie privée les employeurs doivent-ils suivre en ce qui concerne les tests rapides?

“L’Autorité de protection des données a précisé que l’on ne pouvait pas contraindre des travailleurs à effectuer un test rapide. Dans une entreprise, vous ne pouvez organiser ce type de test de manière contraignante que si, par exemple, vous constatez une contamination à grande échelle. Et même dans ce cas, un travailleur peut refuser un test rapide sans que vous puissiez le sanctionner. Enfin, les résultats des tests rapides ne peuvent ni être enregistrés ni donner lieu à des actions ciblées.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.