Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Une deuxième vie durable pour les déchets belges

©doc

La réduction des émissions de CO2 est un défi majeur pour l’industrie cimentière. CBR atténue notamment son impact climatique en utilisant des déchets et des sous-produits d’autres industries en tant que combustibles de substitution. “Nos combustibles proviennent pour 60 à 70% de sources alternatives. Cela fait de nous le leader dans la production de ciment à empreinte CO2 réduite.”

“Le ciment et le béton sont des matériaux de construction très durables”, nuance Joris Schoon, Total Quality Manager chez CBR. La durée de leur cycle de vie leur permet d’afficher une empreinte écologique meilleure que celle de nombreux autres matériaux de construction.

Joris Schoon, Total Quality Manager ©doc

Par le biais de diverses innovations, CBR veut, d’ici 2030, réduire ses émissions de 30% par rapport à 1990 et pouvoir proposer du béton 100% neutre en termes de CO2 à l’horizon 2050. “Nous produisons du clinker, le composant de base du ciment, par voie sèche”, illustre Joris Schoon. “Ce procédé exige moitié moins d’énergie que le processus classique, et émet de ce fait moins de CO2.”

80%

HeidelbergCement, le groupe auquel CBR appartient, consacre 80% de son budget R&D mondial au développement de solutions durables. Dans ses propres laboratoires, mais aussi par le biais de partenaires indépendants certifiés. “La production de clinker nécessite des températures très élevées: nos combustibles proviennent pour 60 à 70% de sources alternatives, telle la biomasse. Ces combustibles n’altèrent en rien la qualité de nos produits”, avance Joris Schoon.

“Notre combustible provient déjà pour 60 à 70% de sources alternatives.”
Joris Schoon
Total Quality Manager chez CBR

CBR. Un partenariat que nous construisons depuis 90 ans.

“Des déchets comme la biomasse – pensez à la farine animale, à la sciure et au papier – représentent un combustible de substitution important”, confirme Rob Huydts, Senior Environmental Sustainability Manager chez CBR. “Ils sont neutres en termes de CO2 et n’ont donc aucune incidence sur la problématique climatique. Dans ce contexte, CBR a créé avec Suez la joint-venture Recyfuel, qui mélange certains flux de déchets avec de la sciure de bois. Il en résulte un produit imprégné qui constitue un combustible parfaitement approprié pour les fours à ciment. Recyfuel produit 100.000 tonnes de ce combustible de substitution par an. Celui-ci est utilisé dans la cimenterie CBR de Lixhe.”

Beaucoup plus efficace

Selon Rob Huydts, l’utilisation de déchets sélectionnés dans un four à ciment est aussi efficace que leur destruction dans un incinérateur classique, tout en étant meilleure pour l’environnement. “L’énergie libérée est immédiatement utilisée dans le processus de production”, explique-t-il. “Dans le four d’un incinérateur, elle est souvent convertie en électricité, avec toutefois des pertes importantes. En outre, l’utilisation de déchets dans un four à ciment en remplacement de combustibles fossiles a un effet global positif sur les émissions atmosphériques, puisqu’elle permet d’éviter les émissions consécutives à la destruction de déchets dans un incinérateur ad hoc.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.