Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Nous ne nous limitons pas aux fonds maison"

Rudy Vandorpe, Head of Portfolio Management chez ING Private Banking

Les gestionnaires de patrimoine d’ING Private Banking connaissent dans les moindres détails les portefeuilles qui leur sont confiés. “Nos analyses sont très poussées”, confirme Rudy Vandorpe, Head of Portfolio Management. “Un processus d’investissement pointu et suivi scrupuleusement et une analyse approfondie des risques sont clairement des points qui nous différencient de nos concurrents.”

“Notre gestion patrimoniale privilégie les investissements à moyen et long terme”, confie Thierry Masset, Chief Investment Officer chez ING Private Banking. “Nous ne spéculons pas avec le patrimoine de nos clients au gré des fluctuations des marchés. La Bourse a ses bons et ses mauvais jours et notre stratégie en tient compte.”

La base de notre stratégie d’investissement est la macroéconomie, que nous suivons en étroite collaboration avec le bureau Economic Research dirigé par notre économiste en chef, Peter Vanden Houte. Toutefois, ING Private Banking ne se limite pas aux chiffres de la croissance, de l’inflation et des taux d’intérêt. “Nos analystes prennent également en compte la valorisation des actions, l’évolution des marges des entreprises, la concurrence dans certains secteurs, etc.”, détaille Thierry Masset.

Thierry Masset, Chief Investment Officer chez ING Private Banking

“L’offre et la demande représentent un autre paramètre important, tout comme la psychologie des marchés. Que font les investisseurs? Quels sont les actifs qu’ils achètent ou vendent? Parmi ces flux de capitaux, nous tentons d’identifier le point de basculement. Si tout le monde est négatif envers les marchés émergents et se débarrasse de ces actifs pendant plusieurs mois, nous pouvons anticiper et passer à l’action dès que les informations sur ces marchés redeviennent positives. Nous essayons autant que possible de ‘timer’ le marché, à la fois à l’achat et à la vente.”

Gestion des risques

“L’analyse de risques très poussée de nos portefeuilles est sans aucun doute l’un des principaux facteurs qui nous différencient de nos concurrents”, poursuit Rudy Vandorpe, Head of Portfolio Management chez ING Private Banking.

“Ceux qui cherchent absolument à acheter au cours le plus bas arrivent (très) souvent trop tard.”
Rudy Vandorpe
Head of Portfolio Management chez ING Private Banking

“L’unique tâche de notre division Portfolio Risk Management consiste à contrôler le respect des règles de gestion internes, par exemple la composition des portefeuilles de nos clients et les transactions au sein de ces portefeuilles. Une autre équipe se concentre sur les paramètres de rendement et de risque tels que la volatilité, le bêta, l’écart de suivi (tracking error) et le ratio d’information (comparaison avec le rendement du marché). Nous connaissons très précisément les risques auxquels chaque portefeuille est exposé.”

“Et nous recherchons systématiquement les instruments financiers les mieux adaptés à nos clients, en utilisant donc l’architecture ouverte”, embraie Thierry Masset. “En d’autres termes, nous investissons dans des fonds de tiers et des trackers (fonds passifs), et pas uniquement dans nos fonds maison. Nous sommes très ouverts à toutes les possibilités offertes par le marché.”

Formules de gestion

La manière dont ING Private Banking gère les avoirs de ses clients dépend entièrement de leurs attentes. L’éventail des possibilités est très large. “De nombreux clients préfèrent ne pas intervenir”, observe Rudy Vandorpe. “Nous leur proposons alors deux solutions d’investissement dans lesquelles leur portefeuille est totalement géré par nos spécialistes en fonction de leur profil d’investissement. L’une d’elles est axée sur la durabilité.”

À ses clients qui préfèrent s’impliquer davantage dans la gestion de leur patrimoine, ING Private Banking présente deux formules personnalisées. “Pour ceux qui nourrissent des attentes spécifiques ou souhaitent discuter de temps à autre avec leur conseiller, la gestion discrétionnaire incarne une piste intéressante. La forme la plus poussée de gestion personnalisée est la gestion-conseil. Dans cette formule, le gestionnaire de portefeuille conseille le client en vue de composer un portefeuille bien équilibré. Il ne peut effectuer aucune transaction sans l’accord du client.”

Fonds de base

“Certains clients s’attendent à un revenu supplémentaire de leur portefeuille, d’autres souhaitent davantage de protection. Nous adaptons notre gestion à leurs desiderata.”
Rudy Vandorpe
Head of Portfolio Management chez ING Private Banking

ING Private Banking articule la gestion personnalisée autour d’un fonds développé exclusivement pour ces portefeuilles. “Ici, en fonction de la taille du portefeuille, c’est le client qui détermine la pondération de ce fonds par rapport à l’ensemble de son portefeuille”, indique Rudy Vandorpe. Le solde du portefeuille est élaboré sur mesure: immobilier, actions, obligations, fonds thématiques, etc. “Nous sommes à l’écoute des souhaits de nos clients. Certains optent clairement pour une gestion prudente et la protection du capital. D’autres s’attendent à percevoir un rendement supplémentaire de leur portefeuille. Nous adaptons notre gestion à leurs desiderata.”

Cycle boursier

Quelle que soit la qualité de la gestion des risques, certaines situations ne peuvent être anticipées, comme la crise du coronavirus que nous traversons aujourd’hui. “C’est la première fois qu’une pandémie bouleverse ainsi la Bourse, c’est très différent d’une crise financière”, estime Thierry Masset.

“Que font les investisseurs? Quels sont les actifs qu’ils achètent ou vendent? Nous tentons de détecter le point de basculement parmi ces flux de capitaux.”
Thierry Masset
Chief Investment Officer chez ING Private Banking

“Même s’il faut rappeler que nous avions déjà intégré la fin du cycle boursier dans nos portefeuilles”, renchérit Rudy Vandorpe. “À la suite de l’explosion de la pandémie de coronavirus, nous nous sommes retrouvés subitement en fin de cycle, alors que nous en étions simplement proches. À l’heure actuelle, notre mission consiste à bien gérer cette situation et à rentrer dans le marché au meilleur moment.”

Opportunité d’achat

Acheter en fin de cycle boursier ne signifie pas que les avoirs augmenteront moins vite, au contraire. “C’est un fait que les Bourses ont reculé, mais à moyen terme – c’est-à-dire d’ici à cinq ans – lorsque les marchés se normaliseront, on peut s’attendre à un beau rendement”, ajoute Rudy Vandorpe.

Le spécialiste de la gestion de portefeuille comprend que les investisseurs cherchent toujours à “timer” le marché. “Ceci étant dit, ceux qui cherchent absolument à acheter au cours le plus bas arrivent (très) souvent trop tard. C’est pourquoi il est conseillé d’investir par étapes, de manière régulière.” Nos gestionnaires peuvent parfaitement aider avec cela!

Besoin d'accompagnement sur la gestion de votre patrimoine? Découvrez notre approche personnalisée sur www.ing.be/fr/retail/investing/private-banking

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.