Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Les fonds mixtes transforment les épargnants en investisseurs

Olivier Brouwers (Invesco) ©Studio Tilborghs

Les investisseurs belges plébiscitent les fonds mixtes. Au sein de la maison de fonds américaine Invesco, on en connaît la raison: un bon équilibre entre risques et rendement.

Les Belges sont traditionnellement de grands épargnants mais pas de grands investisseurs. L’investisseur belge moyen n’aime pas prendre de risques et investit de manière assez défensive. "Parfois même un peu trop défensive", affirme Olivier Brouwers chez Invesco. "Ceux dont l’horizon d’investissement dépasse 10 ans peuvent se permettre de courir un peu plus de risques sur une part limitée de leur patrimoine."

Jusqu’il y a quelques années, les investisseurs belges trouvaient satisfaction dans un large assortiment de fonds à capital garanti. Un segment dans lequel nous pouvions nous targuer d’être champions d’Europe. Le durcissement de la réglementation, et notamment les restrictions imposées autour des produits structurés, ainsi que les taux bas qui érodent la garantie de capital, ont nettement réduit l’appétit des Belges pour les fonds à capital garanti. En 2006, ces fonds géraient encore un patrimoine de près de 43 milliards d’euros. Fin 2017, ce n’était plus que 7 milliards d’euros, selon les chiffres de la fédération sectorielle Beama pour le marché belge.

Bon mix

Les fonds mixtes ont repris le flambeau. Les entrées de capitaux augmentent année après année, et désormais, ils dépassent largement les fonds d’actions et les fonds d’obligations. Fin 2012, les fonds obligataires (30 milliards d’euros), les fonds d’actions (28 milliards d’euros) et les fonds mixtes (26 milliards d’euros) représentaient encore un montant comparable.

"Les fonds mixtes s’efforcent de trouver un équilibre entre risque et rendement."
Olivier Brouwers
Head of Sales chez Invesco

Désormais, les fonds mixtes gèrent un patrimoine de 90 milliards d’euros en Belgique, contre 50 milliards d’euros pour les fonds d’actions et 34 milliards d’euros pour les fonds obligataires. "Les fonds mixtes s’efforcent de trouver un équilibre entre risque et rendement, et les investisseurs y ont été particulièrement sensibles ces dernières années", explique Olivier Brouwers.

Accompagnement

Le multi-asset investing, ou investissement multi-actifs, incarne depuis longtemps l’une des stratégies-clés d’Invesco. Le gestionnaire de patrimoine a lancé son premier fonds mixte dans les années 70. Depuis, il a développé de nombreuses stratégies nouvelles d’investissement multi-actifs. En 2009, Invesco a ainsi lancé une stratégie mixte qui consiste à investir à la fois dans les actions, les obligations et les matières premières.

Le fonds est construit sur le principe de la parité des risques. On mesure les risques de chaque type d’actifs et l’on compose ensuite le portefeuille de manière à répartir équitablement les risques – et non simplement le capital – entre les trois catégories. "C’est une stratégie assez unique qui nous distingue des autres maisons de fonds", relève Olivier Brouwers.

"L’univers d’investissement est très vaste, d’où l’importance du conseiller financier".
Olivier Brouwers
Head of Sales chez Invesco

Avec l’intérêt croissant manifesté par des investisseurs particuliers, l’offre de fonds mixtes s’est élargie de manière exponentielle ces dernières années. Pour les investisseurs individuels, il n’est dès lors pas toujours facile de s’y retrouver. "L’univers d’investissement est très vaste, avec des acteurs divers qui proposent différents types de fonds mixtes. De ce fait, il n’est pas toujours évident de comparer des pommes et des poires. D’où l’importance du conseiller financier."

Centres d’investissement

Invesco est un gestionnaire de patrimoine d’envergure internationale, avec un patrimoine sous gestion de 987,8 milliards de dollars fin juillet 2018 et quelque 7.000 salariés. La maison de fonds est cotée en Bourse et fait partie du S&P 500, l’indice des 500 plus grandes entreprises américaines. "Bien que nous soyons une entreprise mondiale, nous tentons de rester le plus proche possible de nos clients et distributeurs", précise Olivier Brouwers.

Si son siège est établi à Atlanta (États-Unis), Invesco a organisé ses activités autour de 13 centres d’investissement répartis dans le monde entier. Chaque centre est spécialisé dans une stratégie d’investissement spécifique. Celles-ci vont des actions européennes ou américaines et des fonds mixtes aux matières premières en passant par les investissements alternatifs. "Nous ne croyons pas en une stratégie unique qui conviendrait à tous les investisseurs."

Avertissement

La valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer (notamment sous l’effet des fluctuations de change). Il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas la totalité du montant investi.

Information importante

La vision et l’opinion d’Olivier Brouwers se fondent sur les conditions de marché actuelles et peuvent évoluer sans notification. Ses opinions peuvent s’écarter de celles d’autres professionnels d’Invesco.

Ce document n’a pas pour but de recommander un investissement dans une catégorie d’actifs, des titres ou une stratégie donnés. Les exigences réglementaires qui imposent l’impartialité des recommandations en matière d’investissements et de stratégies d’investissement et les dispositions d’interdiction de négoce avant publication ne sont donc pas d’application. Les informations fournies sont exclusivement illustratives et ne peuvent être considérées comme des recommandations d’acheter ou de vendre des valeurs mobilières. Informations au 30/06/2018 sauf mention contraire.

Informations publiées pour la Belgique par Invesco Asset Management SA Belgian Branch (France), Avenue Louise 235, B-1050 Bruxelles.

 

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.