Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Comment investir dans un marché de 4,5 milliards de consommateurs?

Corinna Lau, Head of Asia Products & Director of Investments chez Invesco

Une croissance économique soutenue, une classe moyenne émergente, des modèles d’affaires innovants… Poussée par plus de 4,5 milliards de consommateurs, l’Asie est devenue un acteur économique de premier plan en quelques décennies à peine. Et elle offre des opportunités attrayantes pour les investisseurs.

Le Fortune Global 500 est un classement mondial des entreprises établi sur la base de leur chiffre d’affaires annuel. Et si l’on inclut Hong Kong et Taiwan, 143 de ces 500 entreprises battent aujourd’hui pavillon chinois. La Chine dépasse ainsi largement les États-Unis pour la deuxième année consécutive. Quelque 200 des 500 plus grandes entreprises proviennent d’Asie. Anecdotique peut-être, mais significatif d’un continent qui a opéré une étonnante métamorphose ces dernières décennies.

L’Asie – et en particulier la région hors Japon – mérite parfaitement sa place dans un portefeuille. Alors que le continent, et la Chine en particulier, était parfois relégué au rang de simple “usine du monde” voici quelques années, la réalité est plus nuancée, désormais. Bien que les exportations et l’industrie (lourde) y restent fondamentales, l’accent est de plus en plus placé sur la technologie et l’innovation.

Pas uniquement en Chine, d’ailleurs: d’autres pays contribuent à la croissance du continent. Avec 1,4 milliard d’habitants, l’Inde abandonne peu à peu son statut d’économie agricole. “S’il est évident que les exportations restent très importantes pour l’Asie, la consommation intérieure progresse”, note Corinna Lau, Head of Asia Products & Director of Investments chez Invesco. “Le pouvoir d’achat augmente peu à peu et une classe moyenne robuste est en train se constituer dans plusieurs pays.”

“Environ 60% de la population mondiale – et donc des consommateurs – vit en Asie”, reprend-elle. “Mais ce sont plus que de ‘simples’ consommateurs par milliards: selon les projections, leur nombre ne diminuera pas sensiblement au cours des décennies à venir. Selon nous, l’investisseur peut miser sur ces 4,5 milliards de consommateurs en surfant sur cinq tendances à long terme qui se dessinent en Asie.” 

  1. Demande croissante de biens et services de qualité. Des revenus en hausse et un pouvoir d’achat qui s’accroît, c’est également de l’argent qui se libère pour des produits qui ne servent plus uniquement à satisfaire des besoins de base. Il ne s’agit pas nécessairement de produits haut de gamme, mais aussi de biens et services qui se situent quelques échelons plus haut sur l’échelle de la qualité. Et ce, de A à Z: des autos aux zooms d’appareils photo. 
  2. Urbanisation. Entre 50% et 60% des Asiatiques vivent en ville, et leur part augmentera encore avec la constitution de grands clusters urbains en Chine et en Inde, notamment. Historiquement, l’urbanisation s’accompagne d’une croissance économique et d’une hausse des revenus. Et elle ouvre la porte à l’innovation et à de nouveaux débouchés dans les services, la restauration, le shopping, etc. 
  3. Bien-être et santé. Bien que l’Asie consacre en moyenne une plus petite part de son PIB à la santé que l’Europe et surtout les États-Unis, ce pourcentage augmente depuis plusieurs décennies. Les Asiatiques sont de plus en plus attentifs à leur bien-être et à leur santé. Et cela se traduit par exemple par des ventes en hausse de vêtements de sport. Simultanément, des revenus plus élevés s’accompagnent de maladies liées à la richesse, ce qui génère des dépenses de santé spécifiques.
  4. Numérisation. La numérisation est simultanément une mégatendance et un média qui s’infiltre dans tous les secteurs, de la médecine à distance aux super-applications. 
  5. Expérience. On vise ici les dépenses liées aux voyages, à l’horeca et aux loisirs. Même si la crise sanitaire y a fait des ravages, ce secteur conserve toute sa pertinence. Une hausse des revenus, c’est davantage de moyens de voyager, de sortir et de se divertir.
“Le pouvoir d’achat augmente peu à peu et une classe moyenne robuste est en train se constituer dans plusieurs pays”
Corinna Lau
Head of Asia Products & Director of Investments chez Invesco

Pourquoi investir maintenant dans le consommateur asiatique?

Les récentes interventions des autorités chinoises dans le secteur technologique et le blocage de certaines entrées en Bourse ont effrayé les investisseurs. “Il en a résulté une grande braderie des actions chinoises et asiatiques – une réaction excessive des marchés”, estime Corinna Lau. “Surtout pour ceux qui investissent à long terme, les interventions des autorités chinoises n’ont rien d’inquiétant: elles auront peu d’influence sur le consommateur proprement dit. Malgré la réglementation et la crise sanitaire, les moteurs de l’économie – de l’urbanisation à la numérisation – sont plus robustes que jamais.”

Investir dans ce thème peut s’avérer intéressant pour une autre raison encore. “Les actions asiatiques présentent traditionnellement des valorisations inférieures aux actions américaines et européennes”, souligne Corinna Lau. “Or, même d’un point de vue historique, les valorisations actuelles sont particulièrement basses, surtout par rapport aux actions américaines.”

Comment investir sur ce thème?

Pour l’investisseur belge individuel, l’Asie est un marché peu évident en raison de sa taille et des risques et opportunités spécifiques qu’il recèle. C’est pourquoi une solution à gestion active peut être préférable, surtout si vous voulez tenir compte des critères ESG, c’est-à-dire de l’humain, de l’environnement et de la société dans vos investissements. Le gestionnaire pourra notamment appliquer des critères d’exclusion (armes, tabac, jeux de hasard, alcool, etc.), gérer activement les actions présentant les scores ESG les plus élevés, etc.

Pourquoi investir avec Invesco?

“Chez Invesco, l’équipe chargée des actions asiatiques se compose de 17 professionnels de la finance qui ont tous grandi en Asie et vivent et travaillent à Singapour, Hong Kong, Shanghai ou Taipei”, avance Corinna Lau. “Et ce, alors que la plupart de leurs collègues tentent de suivre l’économie et les marchés asiatiques depuis New York ou Londres. Et puis, les experts en investissement d’Invesco ne sont pas uniquement originaires de la région: ce sont eux-mêmes des consommateurs asiatiques! Enfin, de nombreuses sociétés de Bourse proposent des produits qui misent sur des tendances globales en matière de consommation, mais rares sont celles qui investissent spécifiquement dans le consommateur asiatique.”

Information importante

Ce document marketing est exclusivement destiné aux investisseurs sur le marché belge. Données au 31/08/2021, sauf mention contraire. Ce document relève du marketing et ne constitue pas une recommandation d’investir dans une catégorie d’actifs, une valeur mobilière ou une stratégie donnée. Les informations fournies ne le sont qu’à titre d’illustration et ne peuvent être considérées comme des recommandations d’acheter ou de vendre des titres.

Quand des individus ou une entreprise ont donné leur opinion, celle-ci est basée sur les conditions de marché actuelles, peut différer de celle d’autres professionnels de la finance et peut être modifiée sans notification.

Publié par Invesco Management S.A. (Luxembourg) Belgian Branch, Avenue Louise 143/4, 1050 Bruxelles, réglementé par la Commission de surveillance du secteur financier, Luxembourg.

Red Oak ID: 1825622

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.