Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Investir de façon responsable sur les marchés émergents exige une expertise spécifique

Xavier Hovasse, Responsable Actions Émergentes chez Carmignac ©Studio Dann

Investir selon des critères responsables sur les marchés émergents présente un certain nombre de défis. Ainsi il est indispensable de faire appel à un spécialiste aguerri disposant d’une bonne connaissance du secteur.

Carmignac est une société de gestion qui croit fermement au potentiel des investissements responsables sur les marchés émergents. “À long terme, l’investissement socialement responsable (ISR) ne devraient plus représenter un défi”, estime Xavier Hovasse, responsable de l’équipe actions émergentes chez Carmignac. “Nous avons constaté que plus la proportion des actifs ESG est importante dans un portefeuille, meilleures sont ses performances. L’évolution de l’indice MSCI Emerging Markets ESG renforce cette observation. Les défis se situent plutôt à court terme.”

Pièges à éviter 

En 2018, par exemple, l’énergie est le secteur qui affiche les meilleurs résultats. Or, il est difficile, voire impossible, d’investir dans bon nombre de sociétés énergétiques, car elles sont souvent aux mains des pouvoirs publics et ne font preuve d’aucune considération ESG. “Et cela peut se révéler risqué”, ajoute Xavier Hovasse. “Prenons ce qu’il s’est passé au Brésil avec Petrobras, en juin dernier, lorsque le CEO, Pedro Parente, a été forcé de démissionner après une forte grève. Les actions Petrobras ont alors perdu un tiers de leur valeur, et ce en quelques jours à peine. En Russie et en Chine, la situation est très comparable, avec une prédominance de l’État dans la plupart des sociétés du secteur énergétique.”

"En Chine, le gaz représente un marché de croissance par excellence."
Xavier Hovasse
Responsable Actions Émergentes chez Carmignac

Solutions créatives

Carmignac contourne ce problème en se tournant davantage vers les entreprises de distribution, par exemple. “Nous avons récemment investi dans un distributeur de gaz ‘écologique’ en Chine”, illustre Xavier Hovasse. “Ce secteur recèle un potentiel important, sachant que près de 75% de l’électricité consommée aujourd’hui dans le pays est produite par des centrales à charbon, et que les choses devraient changer drastiquement dans les années à venir. En Chine, le gaz représente donc un marché de croissance par excellence.”

Système de notation propre

Carmignac classe les pays dans lesquels il investit en fonction de plusieurs critères: “Nous ne nous intéressons qu’aux pays en croissance et avec de bons fondamentaux”, éclaire Sandra Crowl, Responsable du comité ESG de Carmignac. “Nous avons développé notre propre système de notation, ce qui nous permet de cartographier et de classer les pays où nous investissons en fonction des critères ESG. Même si ce classement est loin d’être notre seul outil.”

"En tête de liste, on trouve les pays les mieux classés sur le plan de la performance de leur système parlementaire, de l’indépendance de leur banque centrale et de l’absence de corruption. Nous n’investissons pas dans des pays qui affichent une forte croissance artificielle impossible à maintenir sur le long terme”, prolonge Xavier Hovasse. “Par exemple, nous évitons la Turquie, en raison des tensions politiques et de sa croissance artificiellement élevée. En revanche, nous misons sur les pays dont le niveau d’endettement est acceptable, qui bénéficient d’une liberté économique et où les élections sont libres et exemptes de fraude. Des pays qui respectent la liberté de la presse et où le système judiciaire est séparé du pouvoir politique.”

L'approche Carmignac

Depuis l’émergence de l’ISR, Carmignac a développé une approche unique. “Nous ne suivons pas à la lettre les règles existantes”, indique Xavier Hovasse. “Lorsque nous passons les entreprises au crible et que nous réalisons des études de cas, le respect des critères ESG n’est pas examiné séparément. Nous avons entièrement intégré ces critères dans notre approche globale.” Lorsque Carmignac investit dans certains secteurs des marchés émergents, il part en quête du potentiel de croissance le plus élevé sur le long terme. “En recherchant ainsi des opportunités de croissance à long terme, sur les secteurs sous pénétrés, nous ancrons une approche responsable dans notre processus d’investissement global.”

Une politique d’exclusion depuis 1989 des investissements dans le charbon et le tabac

“Nous souhaitons combiner nos valeurs, en tant que gestionnaires d’actifs, avec des critères d’investissement à long terme, tel que l’investissement responsable, afin de maximiser notre impact sociétal”, indique Sandra Crowl, responsable du comité ESG de Carmignac. “Nous appliquons un processus d’investissement fondé selon les critères ESG, une politique de vote et un engagement actif auprès des sociétés. Nous écartons les secteurs que nous jugeons comme les moins responsables comme le tabac, le charbon et l’armement.” Nous comptons poursuivre notre développement dans cette voie, afin d’augmenter encore l’impact social de nos investissements.”

 

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.