Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Sur les marchés émergents, les investissements responsables sont presque devenus la norme"

Guy Janssens (BNP Paribas Fortis), Sandra Crowl (Carmignac) et Xavier Hovasse (Carmignac) ©Studio Dann

Les investisseurs qui optent pour des investissements socialement responsables ne recherchent pas uniquement un équilibre entre le risque et le rendement car ils associent à cet objectif des valeurs morales. Cette tendance connait un grand essor, y compris sur les marchés émergents.

Les investisseurs qui optent pour des investissements socialement responsables ne recherchent pas uniquement un équilibre entre le risque et le rendement car ils associent à cet objectif des valeurs morales. Cette tendance connait un grand essor, y compris sur les marchés émergents.

Sous quelle forme la banque BNP Paribas Fortis Private Banking perçoit-elle cette demande croissante pour l’ISR ?

Guy Janssens (BNP Paribas Fortis Private Banking) : Plus de 75% des nouveaux clients de BNP Paribas Fortis Private Banking optent pour des stratégies d’investissement responsables. Au total, plus de 30 000 investisseurs ont déjà franchi le pas. C’est énorme. Et cette tendance devrait se poursuivre. Par ailleurs, plus de 30% de la valeur des portefeuilles de nos clients est investie dans des stratégies durables.

Constatez-vous également une hausse de la demande ISR sur les marchés émergents ?

Guy Janssens : Absolument. Hélas, dans les pays émergents, de nombreuses entreprises sont encore associées à la pollution, la corruption ou le travail des enfants. Il y a une dizaine d’années, cela était presque toléré. Désormais, ces entreprises sont rejetées et perdent de nombreuses opportunités vis-à-vis des entreprises les plus responsables. En outre, de plus en plus d’investisseurs se détournent eux aussi de ces entreprises. La responsabilité des entreprises n’est plus un luxe, elle est une nécessité. Et surtout sur les marchés émergents.

Comment les équipes de BNP Paribas Fortis Private Banking sélectionnent-elles les meilleurs investissements durables sur ces marchés émergents ?

Guy Janssens : Nous travaillons avec Carmignac, une société de gestion d’actifs financiers qui peut s’appuyer sur de nombreuses années d’expertise sur l’ISR, et qui communique de manière très transparente auprès de ses partenaires, nous sommes en contact très étroits avec leurs gérants par exemple. Par ailleurs, Carmignac applique une politique très stricte en matière de gestion des risques, un élément encore plus crucial lorsque l’on approche l’univers émergent. D’autres gestionnaires de fonds courent parfois des risques inconsidérés, sans se prémunir contre les conséquences éventuelles d’un choc inattendu. Carmignac se focalise à la fois sur les tendances macro-économiques et une analyse " bottom-up ", ce qui permet de trouver une bonne protection pour les avoirs de nos clients.

Comment décririez-vous votre approche ISR ? Et comment  s’inscrit-elle dans l’ADN de Carmignac ?

Sandra Crowl (Carmignac) : Investir de manière éthique et responsable fait partie de nos priorités depuis notre création en 1989. Notre société est totalement indépendante,  et en tant que "Risk Managers", nous nous efforçons d’appréhender et d’atténuer autant de facteurs de risque que nous pouvons identifier. Cela englobe bien entendu les risques financiers mais également ceux liés à une gouvernance de faible qualité, à une sous-représentation des actionnaires, au non-respect de facteurs sociaux tels que la santé et la sécurité, ainsi que ceux concernant les problématiques environnementales. Il va donc de soi que nous recherchons des partenaires qui partagent cette vision à long terme et notamment des entreprises qui sont conscientes de leur empreinte écologique, de la sécurité de leurs produits et du bien-être de leurs employés. A l’inverse, nous écartons certaines opportunités d’investissement sur le court terme lorsque nous estimons que ces investissements ne sont pas suffisamment en accord avec notre philosophie et les intérêts de nos investisseurs.

Chez Carmignac, l’ISR a déjà gagné ses lettres de noblesse...

Sandra Crowl : Depuis 2012, nous disposons de notre propre comité ESG (environnement, société et gouvernance, NDLR). En marge de l’analyse financière, nous appliquons des critères ESG à tous nos investissements. En effet, lors de la sélection d’obligations et d’actions d’entreprises, tous les membres de nos équipes d’investissement passent les produits au crible y compris en matière d’ESG. Ainsi, 90% de nos actifs sous gestion prennent en compte les critères ESG. Nous pouvons donc dire que l’investissement responsable est inscrit dans notre ADN.

Une politique d’exclusion depuis 1989 des investissements dans le charbon et le tabac

“Nous souhaitons combiner nos valeurs, en tant que gestionnaires d’actifs, avec des critères d’investissement à long terme, tel que l’investissement responsable, afin de maximiser notre impact sociétal”, indique Sandra Crowl, responsable du comité ESG de Carmignac. “Nous appliquons un processus d’investissement fondé selon les critères ESG, une politique de vote et un engagement actif auprès des sociétés. Nous écartons les secteurs que nous jugeons comme les moins responsables comme le tabac, le charbon et l’armement.” Nous comptons poursuivre notre développement dans cette voie, afin d’augmenter encore l’impact social de nos investissements.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.