Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

“Les managers doivent oser lâcher prise”

Els Jans, Chief HR Officer

AXA Belgium a toujours fait œuvre de pionnier en matière de culture d'entreprise. Avant même que la pandémie ne frappe, le télétravail structurel et la mobilité verte étaient bien établis chez l'assureur. “Nous nous concentrons désormais sur la cohésion et le bien-être de l'équipe”, déclare Els Jans, Chief HR Officer.

Le déménagement d'AXA Belgium de Watermael-Boitsfort vers le centre de Bruxelles en 2017 a marqué un changement culturel. L'assureur voulait se moderniser en tant qu'employeur, devenir plus attrayant et agir en faveur de la mobilité des employés. Le télétravail deux jours par semaine sur une base structurelle est devenu la norme. “C'était une adaptation majeure pour les managers mais nous les avons bien encadrés”, souligne Els Jans, Chief HR Officer d’AXA Belgium.

Lorsque la pandémie a éclaté, la plupart des employés n'ont dès lors eu aucun problème à basculer vers le travail à domicile à temps plein. “Cela nous a certainement procuré un avantage”, estime Els Jans. “Nos managers étaient habitués à gérer des équipes qui travaillaient à distance. Beaucoup d'employeurs, en revanche, n'ont découvert cela qu'avec le confinement.”

Bâtir la confiance

Durant la pandémie, cependant, les employés d'AXA ont dû faire face à diverses questions. Lors du premier confinement, deux groupes en particulier ont rencontré des difficultés: les parents avec de jeunes enfants et les personnes seules qui voulaient venir au bureau pour la dimension sociale.

Nous encourageons les employés à revenir au bureau. Non pour envoyer des e-mails mais pour consulter des collègues.
Els Jans
Chief HR Officer d’AXA Belgium

“Après l'été, nous avons donc mis l'accent sur la cohésion des équipes. Nous avons organisé des team-buildings à distance et nous nous sommes réunis en groupes pour certaines activités, en plein air bien sûr. Désormais, nous encourageons les employés à revenir au bureau mais uniquement en cas de nécessité. Pour consulter des collègues, non pour envoyer des e-mails.”

AXA prend le pouls de ses employés en leur soumettant des questionnaires sur leur bien-être. “Il semble qu'ils apprécient la flexibilité que nous leur offrons et qu'ils désirent la conserver. Cette flexibilité doit fonctionner dans les deux sens, ceci dit. Nous ne nous arrêtons pas au nombre de jours où une personne travaille à domicile. Mais si une réunion d'équipe est prévue un jour où un employé aime travailler à la maison, nous lui demandons de s'adapter. Pour moi, tout l'art consiste à conclure de bons accords dans les équipes, en plus de la confiance mutuelle.”

Oser lâcher prise

La manière dont AXA aborde cette nouvelle façon de travailler inspire d'autres entreprises. “Dès avant le coronavirus, nous recevions beaucoup de questions sur notre culture du travail, notamment autour de la cohésion des équipes”, confirme Els Jans.

“C'est effectivement un point de réflexion majeur. Comment constituer une équipe en partie à distance, en partie au bureau? Les employeurs nous demandent également de quelle façon nous mesurons la productivité. On constate que les employés qui travaillent à domicile sont au moins aussi productifs que ceux du bureau. C'est pourquoi nous accordons une grande attention à leur bien-être et les protégeons d'eux-mêmes, afin qu'ils jouissent d’un juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les managers, c'est un grand changement de ne pas avoir leurs employés autour d'eux tout le temps et de ne pas voir tout ce que chacun fait, mais il faut oser lâcher prise.”

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.