Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Épargner ou investir? Quelques conseils en ces temps incertains

Gilles Coens, expert en investissement chez MeDirect

Nous sortons à peine de la crise du Covid-19 que les tensions géopolitiques et l'inflation en forte hausse provoquent une nouvelle période d'incertitude. Que nous vivions des temps incertains, vous l'avez déjà entendu à plusieurs reprises cette année, comme vous l'avez sûrement entendu ces dernières années, et aussi il y a 20 ans… Il y a toujours une bonne raison pour continuer à épargner et ne jamais investir. Mais pour ceux qui espèrent un rendement, les alternatives sont rares.

En observant les chiffres de la Banque nationale de Belgique, vous constaterez que, depuis plusieurs années déjà, les records sont pulvérisés les uns après les autres. Nous économisons toujours plus. En juin, les Belges ont battu un nouveau record: 300 milliards d'euros sur les comptes d'épargne et 133 milliards d'euros parqués sur les comptes courants. En 20 ans, ces chiffres ont été multipliés par trois et cinq respectivement.

“Si vous attendez que le monde soit parfaitement à l'équilibre, vous passez à côté de rendements potentiels.”

Gilles Coens
Expert en investissement chez MeDirect
Publicité

Des économies mal exploitées

Une montagne d'épargne, voilà qui est confortable et sûr, pensons-nous. “En réalité, nous épargnons mal depuis des années, car la vie est de plus en plus chère et les rendements des comptes d'épargne ne suivent pas”, nuance Gilles Coens, expert en investissement chez MeDirect. “En août, par exemple, l’inflation a presque atteint 10% (9,94%), ce qui signifie que le coût de la vie a augmenté de 10% en un an. Et ce, alors que la plupart des comptes d'épargne rapportent à peine 0,11%. Même les comptes qui rapportent le plus sont en dessous de 0,70%. Faites le calcul!”

L'idée est donc de faire fructifier son épargne afin de se protéger de l'inflation. L'investissement peut être une bonne alternative tant pour les grands que pour les petits patrimoines. Il comporte certes plus de risques qu'un compte d'épargne, mais aussi un potentiel de rendement plus élevé.

Oui, mais… est-ce le bon moment? “Les guerres, les craintes de récession, le coronavirus, les changements climatiques, les troubles sociaux, la hausse des marchés boursiers… Il y a toujours un événement qui engendre de l’insécurité”, admet Gilles Coens. “Mais si l'on attend, avant d'agir, que le monde soit parfaitement à l'équilibre, on passe forcément à côté de beaux rendements potentiels intéressants. Il suffit d'observer l’évolution des Bourses en juillet: malgré les hausses des taux d'intérêt des banques centrales – qui ont freiné l'économie –, la guerre en Ukraine et les tensions entre la Chine et les États-Unis, les marchés ont bien performé.”

“En août, le taux d'inflation atteignait presque 10%, alors que la plupart des comptes d'épargne rapportent 0,11%. Faites le calcul!”

Gilles Coens
Expert en investissement chez MeDirect

Diversification intelligente

Historiquement, les investissements à long terme produisent des rendements supérieurs. “Cela étant dit, la diversification est essentielle”, prévient Gilles Coens. “Les fonds et les trackers sont ici intéressants, tant pour les débutants que pour les investisseurs expérimentés. Ces ‘paniers’ contiennent des dizaines, voire des centaines d'actions et/ou d'obligations. En outre, il convient de répartir vos investissements sur plusieurs marchés, thèmes et secteurs. Enfin, il est également préférable d'étaler vos investissements dans le temps, par exemple en investissant un montant fixe chaque mois. Restez toujours concentré sur le long terme. Vous n'investissez pas pour quelques semaines ou quelques mois, mais pour plusieurs années.”

Investir régulièrement

Investir toute votre épargne en une seule fois? Peut-être serait-il préférable de vous familiariser avec le monde de l'investissement et de vous constituer un portefeuille au fur et à mesure. Vous pouvez opter pour un investissement régulier et faire croître votre portefeuille petit à petit en répartissant vos achats dans le temps. Si les marchés sont en baisse, vous achèterez plus de parts pour un même montant; s’ils sont en hausse, vous en achèterez moins mais votre portefeuille profitera de cette hausse. À long terme, vous achetez à des moments plus ou moins avantageux et vous lissez votre prix d'achat moyen.

N'investissez pas en fonction de vos émotions

C'est facile à dire mais investir demande aussi de ne pas suivre à 100% ses émotions. Lorsque les marchés chutent, notre inconscient nous incite à en sortir rapidement avant que la situation ne s'aggrave. Malheureusement, au moment où il s’en rend compte, l'investisseur a généralement déjà subi une certaine perte. Ne spéculez pas: continuez à rester investi sur le long terme. Cela prend souvent un certain temps mais, lorsque les marchés se redressent, les premiers jours de la reprise sont en général les plus importants, et ceux qui permettent au portefeuille de se redresser. La panique est mauvaise conseillère et, fréquemment, la cause de l'échec d'une stratégie d'investissement. Le message est donc le suivant: restez investi, même en période de baisse, restez diversifié et pensez au long terme.

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.