Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Le Paraguay illustre l'impact de la microfinance

Incofin investit dans la Fundación Paraguaya via un prêt de 2 millions de dollars et aide aujourd’hui 80.000 petits entrepreneurs locaux. ©© Incofin

Plus de 3 millions de microentrepreneurs locaux dans 27 pays en voie de développement retrouvent foi en l’avenir grâce aux investissements d’Incofin. La société coopérative à finalité sociale gantoise a conclu des contrats avec plus de 50 institutions de microfinancement. L’un de ces partenaires se trouve au Paraguay.

Après les violents tremblements de terre à Haïti, Incofin fut l’un des premiers à y investir dans la reconstruction. En outre, Incofin croit beaucoup au potentiel du Timor oriental. Et, au Paraguay, l’institution fait à nouveau office de pionnier.
Si le pays sort de plusieurs décennies particulièrement tumultueuses, la population a peu à peu repris espoir à partir de 1985. Malgré les guerres, les coups d’État et les dictateurs, la Fundación Paraguaya s’est donné pour ambition de lutter contre la pauvreté et le chômage à l’échelle locale. Depuis, l’organisation offre aux microentrepreneurs et aux starters l’occasion de développer leur activité économique. Ils améliorent ainsi leur statut social et sociétal et celui de leurs proches. Partant, ils créent des emplois et ouvrent des perspectives neuves.
Depuis sa fondation, l’ONG paraguayenne a extrait 24.000 familles de la misère. En décembre 2017, lorsqu’elle en a eu l’occasion, Incofin n’a donc pas hésité un seul instant avant d’investir dans la Fundación Paraguaya, forte de plus de 30 ans d’expérience dans plusieurs formes de microfinancement.

The Poverty Stoplight

Comme Incofin, la Fundación Paraguaya est convaincue que les microcrédits ne sont pas la seule manière de lutter contre la pauvreté. C’est pourquoi l’organisation non gouvernementale dispense un enseignement agricole pratique dans ses propres écoles. Elle a également créé en 2011 The Poverty Stoplight, un instrument de mesure scientifique qui aide les ménages à analyser leur pauvreté à l’aide de 50 paramètres.
Cet outil simple et efficace utilise des photos et trois couleurs: rouge, orange et vert. Cette manière de visualiser la pauvreté permet aux microentrepreneurs de prendre conscience de la situation dans laquelle ils se trouvent. Grâce à un autodiagnostic, ils identifient les causes de leur pauvreté et découvrent comment en sortir.

Le Poverty Stoplight distingue six catégories: revenus et emploi, santé et environnement, habitation et équipements, enseignement et culture, organisation et participation à la vie publique, motivation et image de soi. Avec un accompagnateur, l’utilisateur parcourt la liste et s’attribue un score pour chaque critère à l’aide d’autocollants de couleur. Le rouge indique une extrême pauvreté, l’orange une situation de pauvreté, le vert une absence de pauvreté. L’objectif à terme est que les microentrepreneurs améliorent leur score sur ces 50 paramètres.

Collaboration d’avenir

Incofin investit dans la Fundación Paraguaya via un prêt de 2 millions de dollars. L’ONG aura remboursé l’intégralité de ce montant d’ici à 2021. L’organisme de microfinancement aide aujourd’hui 80.000 petits entrepreneurs locaux. Ces capitaux supplémentaires lui permettront d’étendre son terrain d’action à de nouvelles régions. Simultanément, 5.000 nouvelles familles pourront accéder à la classe moyenne grâce aux actionnaires d’Incofin.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité
Publicité